Recensement des richesses végétales vasculaires naturelles de la vallée du fleuve Saint-Laurent  

Accueil     Divisions de l'ouvrage     info@florelaurentienne.com

Galerie  Travaux - notes     Dernière page éditée, dernière mise à jour

florelaurentienne.com

Préface     Abrégé historique     Esquisse générale     Synopsis des groupes     Clef artificielle     Glossaire     Auteurs     Cartes et tableaux


Rubus idaeus Linné. 53º 47' 13.1" N - 079º 04' 43.4" O, Nord-du-Québec, Jamésie, Baie-James, 14:20 le vendredi 29 juillet 2005, Rubus_idaeus_002_950a.

Nichole Ouellette

présente

Rosacées

Index
Famille
Clef des genres
01 Crataegus
02 Amelanchier
03 Aronia
04 Malus
05 Sorbus
06 Prunus
07 Physocarpus
08 Spiraea
09 Sorbaria
10 Rosa
11 Rubus
12 Potentilla
13 Sanguisorba
14 Dalibarda
15 Fragaria
16 Agrimonia
17 Geum
18 Waldsteinia
Figures 86 - 87 - 88
Figures 89 - 90 - 91
Figures 92 - 93 - 94
Figures 95 - 96  - 97
Figures 98 - 99
Figures 100 - 101 - 102
Figures 103 - 104

Navigation

Accueil
En peu de mots
Divisions de l'ouvrage
FAMILLES - dicotyles
Plantes comestibles
Plantes introduites
Plantes médicinales
Plantes rares
Faire un don
Dernière photo en ligne
Galerie de photos

Édition interactive

Flore laurentienne
Frère Marie-Victorin (1885-1944)

Famille 50. ― ROSACEAEROSACÉES ]

11. RUBUS Linné. – RONCE.

Plantes vivaces à souche ligneuse émettant des pousses herbacées annuelles (turions), ou lignifiées bisannuelles, ou persistantes. Les turions portent généralement des feuilles 5-foliolées, durant la première saison ; durant la seconde saison, ils émettent des branches florales à feuilles trifoliolées, produisent des fleurs et des fruits, puis meurent pendant que de nouveaux turions surgissent à la base de la plante. Fleurs généralement hermaphrodites, blanches (rarement pourpres). Sépales et pétales généralement 5. Carpelles nombreux, rapprochés sur un réceptacle convexe ou conique. Ovules 2, un seul arrivant à la maturité. Fruit : un ensemble de drupéoles rouges, noirs, parfois glauques.

Nombre d'espèces indéterminé, la plus grande variété d'opinions sévissant, tant en Europe qu'en Amérique, sur la valeur des caractères et les limites spécifiques dans ce groupe. C'est qu'il s'agit d'un grand genre polymorphe, actuellement en processus d'évolution active, par voie de mutation ou d'hybridation. C'est surtout dans le sous-genre Eubatus (Ronces à fruits noirs tombant avec le réceptacle) que ce polymorphisme est déroutant, et met en défaut les méthodes traditionnelles de la taxonomie végétale. La variabilité des rosacées en général, et des Rubus en particulier, semble être fonction de la facilité avec laquelle les formes élémentaires (qu'il faudrait isoler) se croisent entre elles. En effet, presque toutes les formes du sous-genre Eubatus présentent un certain pourcentage de stérilité du pollen ; les formes intermédiaires s'observent facilement, à l'état sauvage, en compagnie des parents supposés, et on a reproduit un certain nombre d'entre elles par des croisements surveillés ; enfin, toutes ces plantes sont éminemment variables dans leurs caractères végétatifs, et d'autant plus que leur caractère hybride est plus manifeste. Ajoutons qu'un certain nombre de ces hybrides paraissent fixés et indéfiniment féconds.

—Les Rubus, par leur multitude et leur mode de vie, jouent dans la nature un rôle écologique défini. Ils apparaissent sur les terrains sablonneux dénudés, après les graminées et les carex, et fournissent une protection efficace au sol durant l'ensemencement par les arbres (Fagacées, Conifères, etc.). Le règne des Rubus est toujours éphémère, et bientôt ces végétaux passent à l'état d'éléments accessoires.

Les Rubus du versant atlantique de l'Amérique du Nord se rapprochent de ceux de l'Europe occidentale, de sorte que l'on peut considérer le sous-genre Eubatus comme essentiellement atlantique. Les Rubus du versant du Pacifique ont des affinités plutôt asiatiques. Le centre de dispersion du genre semble être dans l'Himalaya, d'où seraient parties, dans des directions différentes, les diverses ramifications de l'arbre généalogique du genre. À l'Inde, par exemple, appartiennent la plupart des formes du sous-genre Rubus qui contient le R. idaeus (framboisier) circumboréal.

L'étude des Rubus présente des difficultés spéciales. Il faut prendre les échantillons sur les individus de développement moyen, et non sur des plantes chétives ou exubérantes. Les parts d'herbier doivent être prélevées sur une souche unique : des segments en plein turion, des rameaux fleuris, et plus tard (la plante ayant été munie d'un numéro) un rameau fructifié. Il est nécessaire aussi de noter immédiatement les caractères fugaces : couleur exacte des parties de la fleur, hauteur relative des étamines et des styles, direction et forme générale du turion, etc.

Pour le traité des Rubus subgen. Eubatus du Québec, nous avons accepté l'interprétation de L. H. BAILEY (cf. Gentes Herbarum, vol. II, fasc. VI, 1932), la première autorité américaine en la matière.

— Outre les espèces décrites ci-dessous, on a décrit ou rapporté les espèces suivantes pour le Québec : R. adjacens Fernald, R. alumnus Bailey, R. arcticus Linné, R. attractus Bailey, R. bellobatus Bailey, R. elegantulus Blanchard, R. frondisentis Blanchard, R. lepagei Bailey, R. licens Bailey, R. maltei Bailey, R. montpelierensis Blanchard, R. nigricans Rydberg, R. paganus Bailey, R. paracaulis Bailey, R. pensilvanicus Poiret, R. plicatifolius Blanchard, R. quebecensis Bailey, R. roribacus (Bailey) Rydberg, R. rotundior Bailey, R. signatus Bailey, R. univocus Bailey, R. victorinii Bailey.

— Le nom générique Rubus est un nom classique ancien, évidemment dérivé de ruber, rouge. « Ronce » vient peut-être de rumicen (dard) ou de runcatio (qui appartient aux buissons).

Frère Marie-Victorin (1885-1944)
Flore laurentienne 1935, p. 327, 328.


49° 01' 27.2" N - 065° 52' 56.3" O, Rubus chamaemorus Linné, Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, La Haute-Gaspésie, Parc national de la Gaspésie, Mont-Albert, mont Jacques-Cartier, 11:53 le dimanche 15 août 2004, position prise au camping, Rubus_chamaemorus_009a_800.

Rubus :
Clef des espèces ] acaulis ] odoratus ] chamaemorus ] pubescens ] occidentalis ] idaeus ] biformispinus ] flagellaris ] oriens ] hispidus ] trifrons ] jacens ] tardatus ] setosus ] vermontanus ] canadensis ] randii ] allegheniensis ] glandicaulis ] pergratus ] heterophyllus ]


le mardi 3 juin 2008 - le lundi 24 avril 2017
constante mouvance de mes paysages intérieurs


Achat en ligne

Flore laurentienne textes et illustrations
© Les
Frères des Écoles Chrétiennes, 1935    © Les presses de l'Université de Montréal, 1964, 1995
© gaëtan morin éditeur 2002     Tous droits réservés
chenelière éducation

Photos, notes, recherches ajouts © Nichole Ouellette 2001 - 2017
Tous droits réservés
- Dernière mise à jour 2017-09-14

Flore laurentienne, organisation sans but lucratif (OSBL)