Recensement des richesses végétales vasculaires naturelles de la vallée du fleuve Saint-Laurent  

Accueil     Divisions de l'ouvrage     info@florelaurentienne.com

Galerie  Travaux - notes     Dernière page éditée, dernière mise à jour

florelaurentienne.com

Préface     Abrégé historique     Esquisse générale     Synopsis des groupes     Clef artificielle     Glossaire     Auteurs     Cartes et tableaux


Acer saccharum Marshall. 46° 38' 00.4" N - 072° 18' 56.9" O,  Mauricie, MRC Les Chenaux, Saint-Prosper (Municipalité de paroisse), route de la Station, érablière Guy Cossette, 07:05 le samedi 26 mai 2012, Acer_saccharum_027_950.
Nichole Ouellette

présente

Acéracées

Famille
Figures 126, 127, 128
01 Acer

Navigation

Accueil
En peu de mots
Divisions de l'ouvrage
FAMILLES - dicotyles
Plantes comestibles
Plantes introduites
Plantes médicinales
Plantes rares
Faire un don
Dernière photo en ligne
Galerie de photos

Édition interactive

Flore laurentienne
Frère Marie-Victorin (1885-1944)

Famille 65. — ACERACEAE [ ACÉRACÉES ].

1. ACER Linné. — ÉRABLE.

7. Acer saccharum Marshall. — Érable à sucre. — Érable franc, Érable franche. — (Sugar maple).

— Grand arbre pouvant atteindre 40 mètres, et constituant des formations pures (érablières) ; feuilles d'un vert foncé supérieurement, pâles inférieurement, glabres sur les deux faces, 3-7-lobées, à sinus arrondis ; fleurs en corymbes latéraux sessiles, jaunâtres, portées sur des pédoncules capillaires et velus ; pétales nuls ; samares à ailes presque parallèles. Endroits rocheux ou sablonneux. Général. (Synonyme : A. saccharophorum K. Koch).

Acer saccharum, feuille, disamare.
Flore laurentienne, figure 127, dessin frère Alexandre Blouin.

Carte de la limite au nord de l'espèce.

L'érable à sucre est l'arbre magnifique qui forme en tant d'endroits du pays laurentien les forêts pures (érablières) qui sont un de ses charmes. Il affectionne les terrains élevés, mais frais et riches ; il occupe souvent les moraines bien drainées sur le rebord du Bouclier laurentien, mais il atteint chez nous son plus grand développement au sud de la province, sur les premiers contreforts des Appalaches, dans la belle région dite des Bois-Francs. Les jeunes pousses de l'érable à sucre tolérant parfaitement l'ombre des progéniteurs, il s'ensuit que les érablières sont des formations permanentes qui se régénèrent indéfiniment en supprimant automatiquement les autres espèces de haute futaie. La graine, mûre à l'automne, contient beaucoup de graisses et de protéines, mais peu d'hydrates de carbone ; elle doit passer par une période de surmaturation et c'est pourquoi elle ne germe qu'au printemps suivant. Planté seul ou en allée, cet arbre prend une forme arrondie, symétrique, très ornementale. Le bois est blanc, d'une dureté remarquable et susceptible de prendre un beau poli ; on l'emploie beaucoup en ébénisterie, surtout pour le planchéiage. Il fut employé jadis pour les « chemins à lisses » précurseurs de nos chemins de fer. Les trains du « Québec & Gosford » et du « Sherbrooke & Kenebec » circulèrent d'abord sur des rails en bois d'érable.

— La sève de l'érable fournit au printemps un sucre d'un arôme particulier dont la fabrication est l'une des plus profitables petites industries des Canadiens. Les premiers colons apprirent des Indiens le secret de cette fabrication. C'est d'eux aussi qu'ils apprirent la valeur des cendres comme engrais potassique. Cette industrie se développa au point qu'au milieu du XIXe siècle, les cendres de l'érable à sucre fournissaient les quatre cinquièmes de la potasse de l'Amérique. Les premiers colons des Bois-Francs se livraient encore à cette industrie.
46° 35' 40.1 N - 072° 20' 52.4 O, Mauricie, MRC Les Chenaux, Saint-Prosper-de-Champlain, route n° 159, érablière famille Henri-Paul Ébacher, érables entaillés, gouterelle et sève, le mercredi 15 mars 2006, Route_159_007_200_294 - 016.

— La feuille d'érable, avec le castor, symbolise l'individualité de la race canadienne-française. La circonstance qui donna reconnaissance officielle à ce qui était déjà sans doute depuis quelque temps l'emblème national, fut la fondation de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal, vers 1836. Le choix de la feuille d'érable fut sans doute une erreur. Quoi qu'on puisse dire, le Canada n'est pas le pays de l'érable à sucre. La carte de sa distribution montre d'un coup d'oeil que c'est essentiellement un arbre apalachien qui ne couvre qu'une partie de la province de Québec (ne dépassant pas au nord le Témiscamingue et le lac Saint-Jean).

Frère Marie-Victorin (1885-1944)
Flore laurentienne, p. 398.


Acer saccharum Marshall. 46° 38' 00.4" N - 072° 18' 56.9" O,  Mauricie, MRC Les Chenaux, Saint-Prosper (Municipalité de paroisse), route de la Station, érablière Guy Cossette, 07:05 le samedi 26 mai 2012, Acer_saccharum_036_800.


Acer saccharum Marshall. 46° 35' 34.8" N - 072° 04' 10.0" O, MRC Portneuf, Capitale-Nationale, MRC Portneuf, Deschambault-Grondines (Municipalité), Grondines (Secteur), chemin du Roy (route nº 138), érablière en bordure du fleuve Saint-Laurent, Domaine Daniel et Réjean Trottier, 14:10 le dimanche 1er avril 2012,  Acer_saccharum_003_800.

Observations, notes et recherches

... Les gens de Saint-Prosper vivaient alors essentiellement de l'agriculture, ainsi que des produits de la forêt que leur fournissait la montagne toute proche. Le recensement de 1871 mentionne que presque toutes les familles d'agriculteurs s'y adonnaient aussi à la fabrication du sucre et du sirop d'érable.

La potasse

… Ce même recensement (1871) signale également qu’il y a une fabrique de potasse à Saint-Prosper-de-Champlain – tout comme à Saint-Stanislas, Saint-Narcisse et Saint-Tite. Il s’agissait « de délayer de la cendre des bois francs, de la filtrer et, par ébullition, de réduire ce liquide à l’état de sel. Le salin ou sel de potasse était ensuite vendu à un fabricant qui le traitait à la chaux ou au four à réverbère pour le transformer en potasse ou en un produit plus blanc, résultat d’un second traitement, la perlasse. Cette lessive était vendue sur le marché britannique où elle servait principalement au blanchiment du textile ». Cette fabrique de potasse se situait sûrement au rang Saint-Charles, nommé familièrement depuis lors « le rang de la potasse ». À noter que pareilles fabriques de potasse étaient d’ordinaire « de petites entreprises familiales, saisonnières, … n’utilisant généralement pas de main-d’œuvre salariée ».

Extrait de feuilles volantes, anonymes, sous le titre probable d'un chapitre, Les moulins à moudre et à scier ayant existé à Saint-Prosper-de-Champlain.
Source : Comité d’histoire de Saint-Prosper, autorisation Louis Trudel, président du Comité.

N. O. le mercredi 12 septembre 2013

Acériculture, entaillage
Acériculture, sève à sirop
Acériculture, sirop d'érable
Acériculture, produits
Sucres en 1910

Acer :
Clef des espèces ] negundo ] pensylvanicum ] spicatum ] saccharinum ] rubrum ] platanoides ] [ saccharum ] nigrum ]


le samedi 18 mars 2006 - le mercredi 4 avril 2012
le samedi 26 mai 2012 - le vendredi 13 septembre 2013 - le dimanche 2 juillet 2017
constante mouvance de mes paysages intérieurs


46° 35' 40.1 N - 072° 20' 52.4 O, Mauricie, MRC Les Chenaux, Saint-Prosper-de-Champlain, route n° 159, érablière famille Henri-Paul Ébacher, érables entaillés et chaudières, le mercredi 15 mars 2006, Route_159_011_950.


Achat en ligne

Flore laurentienne textes et illustrations
© Les
Frères des Écoles Chrétiennes, 1935    © Les presses de l'Université de Montréal, 1964, 1995
© gaëtan morin éditeur 2002     Tous droits réservés
chenelière éducation

Photos, notes, recherches ajouts © Nichole Ouellette 2001 - 2017
Tous droits réservés
- Dernière mise à jour 2017-07-16

Flore laurentienne, organisation sans but lucratif (OSBL)