Recensement des richesses végétales vasculaires naturelles de la vallée du fleuve Saint-Laurent  

Accueil     Divisions de l'ouvrage     info@florelaurentienne.com

Galerie  Travaux - notes     Dernière page éditée, dernière mise à jour

florelaurentienne.com

Préface     Abrégé historique     Esquisse générale     Synopsis des groupes     Clef artificielle     Glossaire     Auteurs     Cartes et tableaux


45º 17' 51.6" N - 073º 14' 38.6" O, MRC Le Haut-Richelieu, Saint-Jean-sur-Richelieu (Ville), Iberville (Secteur), du parc Goyette, rivière Richelieu, campus de Fort Saint-Jean, 07:43 le samedi 9 mai 2009, photo Iberville_025_950.
Nichole Ouellette

présente

Observations, notes et recherches

Antée
Audience
Ballast et remblais
Bibliographie
Conseil d'administration
Calendrier 2001 - 2002
Écorce de bouleau, canot
Écorce de bouleau, canot
Écorce de bouleau, usage
Frère Alexandre Blouin
Gauvreau, Marcelle
Gauvreau, chronologie
Gauvreau, études
Gauvreau, carrière
Gauvreau, lectorat
Herbier Louis-Marie
Herborisation, plante rare
Herborisation, Laurentides
Herborisation, tourbière
Identification de plantes
Intelligence de l'homme
Inventaire d'un habitat
Montage en herbier
Kalm Pehr en Améique
Kalm, en Nouvelle-France
Kalm Pehr, scientifique
Marie-Victorin, biographie
Marie-Victorin, la botanique
Marie-Victorin, l'arbre
Marie-Victorin, le Québécois
Marie-Victorin, les enfants
Marie-Victorin, l'humour
Mère sauvage, fille cultivée
Partenaires
Provancher, Léon
Rhus radicans - toxicité
Rhus radicans - solutions
Sécher des plantes
Termes et conditions

Navigation

Accueil
En peu de mots
Divisions de l'ouvrage
FAMILLES - dicotyles
Plantes comestibles
Plantes introduites
Plantes médicinales
Plantes rares
Faire un don
Dernière photo en ligne
Galerie de photos

Informations cueillies sur le terrain, photos, dates, données GPS, édition Internet

Flore laurentienne
Observations, notes et recherches

Filles et femmes de Nouvelle-France
commérages d'été 1749

Durant l'été 1749, Pehr Kalm herborise en Nouvelle-France pour enrichir les collections de plantes du savant suédois Carl (Carolus) Linnaeus (1707-1778).

Kalm se déplace en canot d'écorce de bouleau, du lac Champlain jusqu'au Cap-aux-Oies. Il note ses observations chaque soir, après les fatigues du voyage.

Pehr Kalm (1716-1779)

Portrait à l'huile de Pehr Kalm, peint en 1764 par J. G. Geitel, professeur de dessin à l'Université d'Åbo (Turku). Photo Musée national de Finlande, Helsinki.

Filles et femmes de la ville

Pehr Kalm affirme que les 130 jours qu'a duré son voyage au Canada, en 1749, ne permettent pas de porter un jugement sur les filles et les femmes de Nouvelle-France.

Pehr Kalm n'échappe pas à la tentation des commérages. L'explorateur rapporte dans ses carnets des observations personnelles et des opinions émises par les gens distingués et cultivés qu'il rencontre.

Kalm recueille des potins et des appréciations chez ses hôtes. Ce sont des hommes politiques, des officiers, des marchands, des membres du clergé : évêques, prêtres, missionnaires, ainsi que certains membres des communautés religieuses qui l'hébergent, lui et son assistant Lars Junström.


45° 30' 88.0" N - 073° 33, 46.4,9" O, Montréal, du 1205, rue Labelle, Les suites Labelle, hôtel, 06:30 le mardi 11 septembre 2007, photo Rue_Labelle_011_800.

À Montréal

Une grande partie des Français venus s'installer en Nouvelle-France accusent les femmes de Montréal de manquer, dans une grande mesure, de la bonne éducation et de la politesse des Françaises d'origine. Les personnes du beau sexe, à Montréal, semblent poussées par un certain orgueil et comme contaminées par l'esprit imaginatif des Sauvages d'Amérique. On leur trouve une sorte de fierté sauvage. Le matin, elles se lèvent avant le diable en personne. Le soir, les femmes, les jeunes filles et les garçons se promènent dans les rues, bras dessus bras dessous, en plaisantant et badinant entre eux, avec une gaieté folle. En général, ces dames sont plus jolies que celles de Québec. De plus, elles les surpassent dans le domaine de la chasteté !

Les jeunes Montréalaises cousent et mettent la main aux travaux ménagers. Elles ne pouffent pas de rire autant que les Québécoises, bien qu'elles soient assez enjouées et aimables. Personne ne peut dire qu'elles soient dépourvues de charme et d'intelligence.

Les Montréalaises se marient ordinairement plus tard que les Québécoises. De nombreux Français viennent à Québec avec leur navire, tombent parfois amoureux et se marient. Ces mêmes hommes montent rarement jusqu'à Montréal.


46° 48' 23.8" N - 071° 12' 58.0" O, Québec, Grande-Allée-Est, le va et vient de la rue, atmosphère de fête en ce jour du 400e anniversaire de la fondation de Québec (1608) par Samuel de Champlain, GPS à la main, l'auteur de ce site Internet, 19:15 le jeudi 3 juillet 2008, photo Ève Montpetit, Grande_Allee_011_800.

À Québec

Les femmes de Québec ressemblent, à leur façon d'être, aux femmes de France. Mais les femmes mariées vivent trop librement. Il paraît qu'on les présente aux jeunes Français de la marine royale, stationnés à Québec durant un mois et davantage. Ces messieurs n'ont d'autre occupation que de rendre visite à ces dames, avant de regagner la France. Les femmes de cette ville, en particulier celles de la haute société, se lèvent à 7 h du matin, s'habillent, se poudrent et se frisent jusqu'à 9 h en sirotant un café au lait. Les jeunes filles se parent ensuite de façon magnifique, s'assoient sur une chaise près d'une fenêtre ouverte donnant sur la rue. Un ouvrage de couture à la main, elles font un point de temps en temps. Elles tournent continuellement les yeux du côté de la rue et si quelque jeune homme vient à entrer, la jeune fille abandonne son ouvrage. Elle s'assoit alors le plus près possible du jeune homme, cause et bavarde avec lui, sourit et pouffe de rire, et la langue marche comme les ailes de l'hirondelle, sinon plus rapidement. Toute la journée s'écoule de la sorte sans que la jeune fille s'adonne au plus léger travail. Elle reste assise et bavarde avec les jeunes gens. Même à l'intérieur des maisons, les jeunes filles s'habillent chaque jour de magnifique façon, comme si elles étaient invitées à dîner chez le gouverneur général. Elles portent sur elles toute leur fortune, et même parfois davantage, rien que pour être splendides.

Laurentie 1749

On dirait un village continu, commençant à Montréal et finissant à Québec.

Le paysage de chaque côté du fleuve est charmant et l'état avancé de la culture des terres ajoute grandement à la beauté de la scène.

Au-dessous des Trois-Rivières, les champs sont généralement semés de blé, d'avoine, de maïs et de pois. Les citrouilles et les melons se disputent le terrain dans les jardins des fermes. Près de Québec, les terres sont partout divisées en champs et en prairies ou en pâturages. Nous ne voyons que fermes et maisons de fermiers.


46° 42' 00" N - 071° 35' 00" O (donnée GPS approximatives), MRC Portneuf, Neuville (Ville), clôtures de piquets de cèdres, bancs de neige sur l'accotement de la route Gravel, le chemin du Roy (route nº 138-Est), section estuarienne du fleuve Saint-Laurent, la rive Sud, le lundi 13 mars 1995, photo 19950312_04_800.

Toutes les collines sont cultivées; sur le sommet de plusieurs on distingue des villages groupés autour de belles églises.

Les prairies sont généralement dans les vallées, quoiqu'il y en ait sur les coteaux. Les hautes prairies sont excellentes. Plus j'avance au nord, plus elles sont belles et plus le gazon en est riche et fourni.

Observations, notes et recherches

Antée ] Audience ] Ballast et remblais ] Bibliographie ] Conseil d'administration ] Calendrier 2001 - 2002 ] Écorce de bouleau, canot ] Écorce de bouleau, canot ] Écorce de bouleau, usage ] Frère Alexandre Blouin ] Gauvreau, Marcelle ] Gauvreau, chronologie ] Gauvreau, études ] Gauvreau, carrière ] Gauvreau, lectorat ] Herbier Louis-Marie ] Herborisation, plante rare ] Herborisation, Laurentides ] Herborisation, tourbière ] Identification de plantes ] Intelligence de l'homme ] Inventaire d'un habitat ] Montage en herbier ] Kalm Pehr en Améique ] [ Kalm, en Nouvelle-France ] Kalm Pehr, scientifique ] Marie-Victorin, biographie ] Marie-Victorin, la botanique ] Marie-Victorin, l'arbre ] Marie-Victorin, le Québécois ] Marie-Victorin, les enfants ] Marie-Victorin, l'humour ] Mère sauvage, fille cultivée ] Partenaires ] Provancher, Léon ] Rhus radicans - toxicité ] Rhus radicans - solutions ] Sécher des plantes ] Termes et conditions ]

Divisions de l'ouvrage

Auteur, illustrateur ] Préface ] Abrégé historique ] Esquisse générale ] Synopsis des groupes ] Clef artificielle ] Glossaire ] Auteurs ] Cartes et tableaux ] Observations, notes, recherches ]


le vendredi 21 novembre 1997
le mardi 7 mars 2000 - le lundi 9 septembre 2013
constante mouvance de mes paysages intérieurs


Achat en ligne

Flore laurentienne textes et illustrations
© Les
Frères des Écoles Chrétiennes, 1935    © Les presses de l'Université de Montréal, 1964, 1995
© gaëtan morin éditeur 2002     Tous droits réservés
chenelière éducation

Photos, notes, recherches ajouts © Nichole Ouellette 2001 - 2017
Tous droits réservés
- Dernière mise à jour 2017-08-13

Flore laurentienne, organisation sans but lucratif (OSBL)