Recensement des richesses végétales vasculaires naturelles de la vallée du fleuve Saint-Laurent  

Accueil     Divisions de l'ouvrage     info@florelaurentienne.com

Galerie  Travaux - notes     Dernière page éditée, dernière mise à jour

florelaurentienne.com

Préface     Abrégé historique     Esquisse générale     Synopsis des groupes     Clef artificielle     Glossaire     Citation d'auteurs     Cartes et tableaux


Tilia americana Linné. 46° 26' 31.1" N - 072° 20' 12.7" O, Mauricie, MRC Les Chenaux, Champlain (Municipalité), rue Notre-Dame E (route nº 138 - Chemin du Roy), 8:51 le vendredi 8 juillet 2011, Tilla_americana_021_950.

Nichole Ouellette

présente

Observations, notes et recherches

Antée
Audience
Ballast et remblais
Bibliographie
Conseil d'administration
Calendrier 2001 - 2002
Écorce de bouleau, canot
Écorce de bouleau, canot
Écorce de bouleau, usage
Frère Alexandre Blouin
Gauvreau, Marcelle
Gauvreau, chronologie
Gauvreau, études
Gauvreau, carrière
Gauvreau, lectorat
Herbier Louis-Marie
Herborisation, plante rare
Herborisation, Laurentides
Herborisation, tourbière
Identification de plantes
Intelligence de l'homme
Inventaire d'un habitat
Montage en herbier
Kalm Pehr en Améique
Kalm, en Nouvelle-France
Kalm Pehr, scientifique
Marie-Victorin, biographie
Marie-Victorin, la botanique
Marie-Victorin, l'arbre
Marie-Victorin, le Québécois
Marie-Victorin, les enfants
Marie-Victorin, l'humour
Mère sauvage, fille cultivée
Partenaires
Provancher, Léon
Rhus radicans - toxicité
Rhus radicans - solutions
Sécher des plantes
Termes et conditions

Art de vivre au Québec

Conte

L'arbre qui se détache

Papier peint

Feuilles d'automne

Regards des petites personnes

Arbres d'automne

Navigation

Accueil
En peu de mots
Divisions de l'ouvrage
FAMILLES - dicotyles
Plantes comestibles
Plantes introduites
Plantes médicinales
Plantes rares
Faire un don
Dernière photo en ligne
Galerie de photos

Informations cueillies sur le terrain, photos, dates, données GPS, édition Internet

Flore laurentienne
Observations, notes et recherches

L'arbre

Sur cette page :
Assis sur la mousse ] [ Chef-d'œuvre de la nature ] [ Je me tourne vers l'arbre ] [ Vie sédentaire ] [ Servi par les éléments ] [ Géométrie héréditaire ] [ Diversités spécifiques ] [ Êtres de la forêt ] [ Centre de symétrie ] [ Pourquoi pas plus grand ? ] [ Le temps ] [ Force harnachée ] [ L'eau ] [ Acte d'amour ] [ Luttes fratricides ] [ Folle de sève ] [ L'ombre et l'abri ]

Assis sur la mousse
Je suis entré dans la forêt pour étudier l'arbre. Assis sur la mousse, j'ai ouvert l'un de ces bons vieux traités de botanique d'autrefois qui savaient tout et parlaient doctement des plantes telles qu'on les voit. Et voici ce que me dit mon brave auteur au mot arbre :

« L'arbre est une plante ligneuse, vivace, ayant une tige principale que l'on nomme tronc, habituellement dépourvue de branche à sa partie inférieure, mais portant une couronne de branches à son sommet. »

D'impatience, j'ai repoussé le bouquin qui fut s'abattre ouvert à plat ventre, sur les rosaces vertes des cornouillers.

Chef-d'œuvre de la nature
Non ! ce n'est tout de même pas cela l'arbre ! Ce n'est pas seulement une colonne de bois, cette surrection d'une force mystérieuse, vivante et universelle, qui défie la pesanteur, maîtresse du monde inorganique. Je crois fermement que c'est le chef-d'œuvre de la nature, et dont la beauté n'est surpassée que par l'immatérielle beauté d'un être bien différent qui vit et se meut sous son ombre - portant au front l'étoile de la pensée.

Je me tourne vers l'arbre
Fatigué des vains bruits que font les hommes, je me tourne vers l'arbre. Je me pénètre de l'essence de sa forme, et je suis sensible à la vie qu'il projette sur moi. Je le vois vivre et agir, lui que l'on dit immobile. Je lui parle, lui que l'on dit sourd, et j'entends sa réponse, lui que l'on dit muet.

Vie sédentaire
L'arbre est émouvant dans sa forme infiniment variée et cependant une; cette forme que l'on ne peut définir autrement qu'en l'appelant forme d'arbre. D'où lui vient-elle ? La philosophie consultée n'a pas de réponse. L'observation des analogies laisse entendre que la forme de l'arbre est fonction de son mode de vie sédentaire. Les animaux marins, les coraux par exemple, fixés au flanc des rochers, ne prennent-ils pas la forme arborescente ?

Servi par les éléments
Parce que l'arbre est éminemment enté à la mamelle de la terre, il n'a cure d'aller chercher au loin l'élément de sa nourriture concentrée en une proie.

Sa proie à lui, c'est l'air qui passe chargé du gaz carbonique; c'est la rosée du ciel; ce sont les eaux chargées de sels minéraux qui circulent dans la terre.

L'arbre ne court pas à la recherche d'une proie : elle vient à lui, baignant ses racines innombrables, effleurant ses branches et ses feuilles mouvantes.

Photo Marie-Victorin

C'est sa dignité d'être servi par les éléments tandis que les animaux enivrés cependant de l'orgueil du mouvement doivent dans l'humiliation de la faim, chercher péniblement leur subsistance.

Géométrie héréditaire
Solidement ancré à la terre, en un point déterminé par le capricieux voyage d'une graine, l'arbre soulève sa masse, la résout en branches pour multiplier les contacts, pour baigner mieux dans la portion de l'air nourricier qui lui est accessible. Ces branches se ramifient à l'infini selon des angles et des habitudes toujours les mêmes, lois non écrites dictées par l'hérédité pour chaque espèce. Et c'est l'obéissance stricte du courant vital à une héréditaire géométrie, qui donne à chaque arbre sa personnalité, son individualité.

Diversités spécifiques
Je reconnais l'orme au quart de cercle que décrit sa maîtresse branche en se séparant du tronc ; le frêne rouge à ses doubles courbures en forme d'S, le liard et le peuplier d'Italie à la façon directe dont les membres majeurs, relevés à l'angle aigu, indiquent le ciel. Je reconnais le sapin à son impeccable pyramide, le palmier à sa colonne et à son vert chapiteau qui ne supporte rien. L'allure des rameaux ultimes, ceux qui baignent directement dans le ciel la tendreté de leur jeune bois, est diverse autant que spécifique. Ici c'est un éventail déployé, ailleurs une plume qui berce. Ailleurs encore une poulpe qui cherche, une tentacule qui menace !

Êtres de la forêt
Ainsi chaque lignée d'arbre inscrit sur le tableau bleu du ciel, sans cesse nettoyé par les vents, une signature propre que la vieille nature depuis des millions d'années a inscrite dans le registre de la vie, et que connaissent aussi par héritage tous les êtres de la forêt et de la plaine : insectes, oiseaux et petits mammifères, qui ont partie liée avec l'arbre.

Centre de symétrie
Si je veux pénétrer la vie de l'arbre, je cherche d'abord pourquoi il est si grand, et pourquoi il n'est pas plus grand. Pour savoir, je regarde l'animal croître en agrandissant les parties qu'il possède déjà en son état de jeunesse. L'animal est un ensemble fermé, bouclé par certaines conditions et certaines corrélations, prisonnier de certaines nécessités mathématiques. De sa jeunesse à sa vieillesse, le cheval qui paît dans le pré a toujours les mêmes quatre membres, les mêmes deux yeux, les mêmes pièces osseuses qui se sont seulement agrandies avec l'âge. Dans l'espèce humaine, l'enfant et l'adulte sont à la même échelle, ils ont un centre de symétrie : pour chaque point A, il y a un point A.

Courbe ouverte
L'arbre, lui, essentiellement différent, vit en courbe ouverte. Il s'agrandit surtout en multipliant indéfiniment le nombre de ses parties. Chaque année il ajoute une couche de bois à son tronc; il se crée des milliers de feuilles supplémentaires; il enfonce dans la terre des milliers de radicelles nouvelles à tel point que je doute de son unité. Est-il un seul individu vivant, ou bien est-il une colonie, à l'instar de la ruche ou de la termitière ? Peut-être n'est-il qu'un agrégat d'unités vivant enchaînées et composées chacune d'une feuille et d'une radicelle ? Le tronc ne serait alors que le résultat de la concrescence, de la soudure de la partie moyenne de ces unités.

Pourquoi pas plus grand ?
L'arbre atteint des proportions majestueuses qui écrasent l'homme minuscule vivant à ses pieds. Mais pourquoi l'arbre ne dépasse-t-il jamais les 300 ou 400 pieds que nous connaissons du sapin Douglas de notre Colombie canadienne, au séquoia du Nevada, aux eucalyptus de l'Australie ?
Photo Marie-Victorin

Le temps
En dernière analyse, ces dimensions sont un plafond que l'arbre ne peut dépasser parce qu'il est prisonnier d'une certaine architecture dite architecture d'arbre, et que nous connaissons bien. Les possibilités de variation de cette architecture ont été explorées et exploitées par la nature travaillant avec le concours de son puissant allié : le temps.

Force harnachée
Mais si ingénieuse et si féconde qu'elle soit la nature est elle-même prisonnière de certains impondérables. La vie végétale comme l'autre, est nombre et proportion. Elle dépend surtout d'une relation fonctionnelle entre la surface et le volume ou, si l'on veut, entre l'usure par tous les points de la masse et la réparation par tous les points de la surface.

À mesure que l'arbre se développe, le volume grandit comme le cube et la surface comme le carré seulement; avec l'âge la surface devient insuffisante pour le volume. À ce moment, s'établit un inéluctable équilibre, l'arrêt qui annonce le déclin. Quand je regarde en haut à travers la ramure de l'arbre géant, suis-je devant la force et la vie en marche ? Oui, sans doute ! Mais je suis aussi devant la force bridée, harnachée, vaincue par les froides nécessités de la mathématique, invisible maîtresse du monde.

La vie de l'arbre apporte aux hommes un message qu'il leur faut entendre et sans quoi le tableau du monde, où l'arbre tient tant de place, serait sans signification et sans voix.

L'eau
Oui ! Il y a une impressionnante analogie humaine dans la considération de l'arbre. Comme nous, l'arbre respire et, lentement, diffuse sa matière dans l'air ambiant. Comme nous il s'annexe sans trêve des éléments de la matière, et comme nous il a besoin du secours, à chaque minute, de cette fidèle gardienne de la vie : l'eau.

Acte d'amour
Comme nous l'arbre dort, quelquefois en repliant ses feuilles comme on ramène une couverture sur sa tête. Comme nous, pour ne pas mourir tout entier, il assure la continuité de son espèce par un acte d'amour entouré d'un infini déploiement de couleurs et de parfum. Comme nous, plus que nous, l'arbre a une patrie, un sol natal, et il supporte mal l'exil.

Luttes fratricides
Comme chez l'humain l'arbre soutient son frère dans la forêt; mais les arbres se livrent aussi parfois des luttes fratricides et la forêt est pleine d'implacables suppressions, de silencieux triomphes du fort sur le faible.

Folle de sève
Enfin, comme nous aussi, l'arbre ayant atteint le nombre de ses jours, disparaît et retourne à la terre, pendant que folle de sève, la génération suivante monte vers le soleil.

L'ombre et l'abri
L'arbre est donc bien pour nous un grand frère muet, impuissant à nous dire le poème de sa vie intérieure et formidable. Nous l'aimons tel quel, ce frère muet, venu de plus loin que nous dans les abîmes du passé, mûri dans son immobilité et son silence. S'il ne peut nous initier au mystère de son origine et de sa vie limitée, il peut, en revanche, sans rompre son auguste silence, nous apprendre à nous tenir droit, à chercher les hauteurs, à raciner profondément, à purifier le monde, à offrir généreusement à tous l'ombre et l'abri. Ainsi l'arbre est la vérité parce qu'il est l'ordre et la continuité; il est la beauté parce qu'il émeut en nous des fibres qui trempent tout au fond du grand creuset révolu d'où sortirent des mains de Dieu, les deux œuvres de choix : l'arbre et l'homme.

Le frère Marie-Victorin prononce la causerie reproduite ci-dessus, à La Cité des Plantes, à la radio de Radio-Canada, le 12 octobre 1943.

Photos tirées de : LA CITÉ DES PLANTES, direction frère Marie Victorin, directeur de l'Institut botanique de l'Université de Montréal et du Jardin botanique de Montréal, Société Radio-Canada, Radio-Collège présente, troisième série, pp. 4 - 20. Montréal 1943.

Information donnée par Jacques Labrecque, botaniste, courriel 2015-02-23
Deux des communications du frère Marie-Victorin présentées dans le cadre de Radio Collège, sont disponibles au lien suivant : http://www.disten.com/radiocollege/sonores.php
Méditation sur l'arbre
Sa majesté le pin

Les documents sonores permettent d'entendre la voix du frère.

Observations, notes et recherches

Antée ] Audience ] Ballast et remblais ] Bibliographie ] Conseil d'administration ] Calendrier 2001 - 2002 ] Écorce de bouleau, canot ] Écorce de bouleau, canot ] Écorce de bouleau, usage ] Frère Alexandre Blouin ] Gauvreau, Marcelle ] Gauvreau, chronologie ] Gauvreau, études ] Gauvreau, carrière ] Gauvreau, lectorat ] Herbier Louis-Marie ] Herborisation, plante rare ] Herborisation, Laurentides ] Herborisation, tourbière ] Identification de plantes ] Intelligence de l'homme ] Inventaire d'un habitat ] Montage en herbier ] Kalm Pehr en Améique ] Kalm, en Nouvelle-France ] Kalm Pehr, scientifique ] Marie-Victorin, biographie ] Marie-Victorin, la botanique ] [ Marie-Victorin, l'arbre ] Marie-Victorin, le Québécois ] Marie-Victorin, les enfants ] Marie-Victorin, l'humour ] Mère sauvage, fille cultivée ] Partenaires ] Provancher, Léon ] Rhus radicans - toxicité ] Rhus radicans - solutions ] Sécher des plantes ] Termes et conditions ]

Divisions de l'ouvrage

Préface ] Abrégé historique ] Esquisse générale ] Synopsis des groupes ] Clef artificielle ] Glossaire ] Citation d'auteurs ] Cartes et tableaux ] Observations, notes ]


le lundi 22 juin 1998 - jeudi 20 janvier 20000
le jeudi 20 mai 2010 - le dimanche 10 juillet 2011
le samedi 30 juin 2012 - le jeudi 11 septembre 2013 - le mardi 24 février 2015
constante mouvance de mes paysages intérieurs


Tsuga canadensis (Linné) Carrière, arbre mature. 46° 35' 40.1 N - 072° 20' 52.4 O, Mauricie, MRC Les Chenaux, Saint-Prosper-de-Champlain, route n° 159, terre à bois de la famille Henri-Paul Ébacher, le jeudi 16 mars 2006. Photo Tsuga_canadensis_005_350.

Betula papyrifera Marshall. — Bouleau à papier. — Bouleau blanc, Bouleau à canot. — (Canoë birch). 48° 09' 14.8 0" N - 069° 40' 04.6" O, Côte-Nord, MRC La Haute-Côte-Nord, Tadoussac, chemin du Moulin-à-Baude, secteur des dunes, le samedi 2 juillet 2005. Photo Betula_papyrifera_004_350.


Achat en ligne

Flore laurentienne textes et illustrations
© Les
Frères des Écoles Chrétiennes, 1935    © Les presses de l'Université de Montréal, 1964, 1995
© gaëtan morin éditeur 2002     Tous droits réservés
chenelière éducation

Photos, notes, recherches ajouts © Nichole Ouellette 2001 - 2017
Tous droits réservés
- Dernière mise à jour 2017-12-08

Flore laurentienne, organisation sans but lucratif (OSBL)