Recensement des richesses végétales vasculaires naturelles de la vallée du fleuve Saint-Laurent  

Accueil     Divisions de l'ouvrage     info@florelaurentienne.com

Galerie  Travaux - notes     Dernière page éditée, dernière mise à jour

florelaurentienne.com

Préface     Abrégé historique     Esquisse générale     Groupes systématiques     Clef artificielle     Glossaire     Auteurs     Cartes et tableaux


Sarracenia purpurea Linné. 48° 33' 00" N - 058° 35' 00" O, Terre-Neuve-et-Labrador, tourbière entre Stephenville et la Transcanadienne, route des ancêtres Français (nº 460), le samedi 6 juillet 1996, 037_sarraceniacees/960701_18_950.

Nichole Ouellette
présente

Sarracéniacées

Famille
01 Sarracenia

Plantes médicinales

Art de vivre au Québec

Médecines populaires

Québec en photos

Lac à la Barbotte

Navigation

Accueil
En peu de mots
Divisions de l'ouvrage
FAMILLES - dicotyles
Plantes comestibles
Plantes introduites
Plantes médicinales
Plantes rares
Faire un don
Dernière photo en ligne
Galerie de photos

Édition interactive

Flore laurentienne
Frère Marie-Victorin (1885-1944)

Sarracenia :
Index ]

Famille 37. ― SARRACENIACEAE SARRACÉNIACÉES ].

1. SARRACENIA Linné. — SARRACÉNIE.

1. Sarracenia purpurea Linné. — Sarracénie pourpre. — Petits cochons, Herbe-crapaud. — (Pitcher-plant).

— Plante glabre, sauf la face supérieure du limbe et l'intérieur des ascidies qui sont couverts de poils raides et réfléchis ; feuilles (longueur 10-30 cm) veinées de pourpre ou complètement vertes, persistantes ; hampes (longueur 30-60 cm) ; fleur solitaire, penchée, pourpre (diamètre 4-5 cm) ; pétales recourbés sur le style. Floraison printanière. Tourbières à sphaignes. Dans tout le Québec, même à l'extrême-nord.

Sarracenia purpurea, (a) feuilles basilaires, (b) feuille ouverte montrant l'adaptation au carnivorisme, (c) fleur, (d) coupe axiale dans le pistil, montrant le style en parapluie.
Flore laurentienne, figure 63, dessin frère Alexandre Blouin.

La sarracénie pourpre est la plus extraordinaire plante de notre flore, et le principal ornement de nos tourbières. Elle est l'un des exemples classiques du carnivorisme chez les plantes. Si l'on passe le doigt à l'intérieur de la feuille tubuleuse, on voit qu'un revêtement de poils dirigés vers le bas favorise l'entrée, mais rend la sortie difficile aux malheureux insectes qui veulent s'aventurer en cet abri ou s'aller désaltérer en cette vasque minuscule. Il arrive le plus souvent que l'insecte prisonnier s'épuise en vains efforts, et se noie dans l'eau de pluie que la feuille renferme presque toujours. Une diastase spéciale dissout les cadavres des insectes capturés, et permet peut-être l'assimilation directe des substances organiques ainsi digérées par les tissus de la feuille.

La sarracénie est remarquablement imputrescible et peut se conserver longtemps sous une cloche simplement posée sur les sphaignes humides. Elle doit cette imputrescibilité à une résine contenue dans les cellules superficielles. C'est essentiellement une plante de tourbière, c'est-à-dire de sols très acides, et elle ne peut se cultiver dans la terre ordinaire des jardins.

— Les Canadiens français connaissent la sarracénie sous le nom de petits cochons, nom qui devient intelligible quand on considère la variante, oreille de cochon. Il s'agit d'une ressemblance suggérée par le limbe libre, ou l'opercule de la feuille.

Dans les principaux dialectes indiens de l'Amérique, la plante est désignée sous le nom d'herbe-crapaud. C'est ce que signifie l'Alicotache des Montagnais de la Côte-Nord, et le Makikiotache des Algonquins du Témiscamingue ; l'idée semble être que la sarracénie, comme le crapaud, mange les insectes. Tous les Indiens affirment que la plante est souveraine contre la petite vérole. Aucune recherche sérieuse n'a été faite pour contrôler cette affirmation, bien que vers 1862, la tisane de sarracénie ait été employée par un certain Dr Thomas MORRIS, d'Halifax, qui passa à l'époque, — l'ignorance aidant, — pour le découvreur de la sarracénie. Il s'agit probablement d'une bienfaisante action antiseptique due aux tannins que la plante contient en abondance.

— Le Sarracenia purpurea est l'emblème floral de la province de Terre-Neuve.

Frère Marie-Victorin (1885-1944)
Flore laurentienne, p. 243.


Sarracenia purpurea Linné. 46° 35' 52.2" N - 072° 36' 03.0 O, Mauricie, MRC Les Chenaux, Saint-Narcisse (Municipalité de paroisse), tourbière du Lac-à-la-Tortue, Parc Cœur Nature, 12:05 le lundi 7 mai 2012,  Sarracenia_purpurea_010_800.


Sarracenia purpurea Linné. 46° 35' 52.2" N - 072° 36' 03.0 O, Mauricie, MRC Les Chenaux, Saint-Narcisse (Municipalité de paroisse), tourbière du Lac-à-la-Tortue, Parc Cœur Nature, 12:06 le lundi 7 mai 2012, Sarracenia_purpurea_013_800.

Sarracenia :


le dimanche 19 décembre 2004 - le samedi 19 juin 2010
le lundi 7 mai 2012 - le lundi 20 février 2017
constante mouvance de mes paysages intérieurs


Achat en ligne

Flore laurentienne textes et illustrations
© Les
Frères des Écoles Chrétiennes, 1935    © Les presses de l'Université de Montréal, 1964, 1995
© gaëtan morin éditeur 2002     Tous droits réservés
chenelière éducation

Photos, notes, recherches ajouts © Nichole Ouellette 2001 - 2017
Tous droits réservés
- Dernière mise à jour 2017-04-01

Flore laurentienne, organisation sans but lucratif (OSBL)