Recensement des richesses végétales vasculaires naturelles de la vallée du fleuve Saint-Laurent  

Accueil     Divisions de l'ouvrage     info@florelaurentienne.com

Galerie  Travaux - notes     Dernière page éditée, dernière mise à jour

florelaurentienne.com

Préface     Abrégé historique     Esquisse générale     Synopsis des groupes     Clef artificielle     Glossaire     Citation d'auteurs     Cartes et tableaux


Oenothera parviflora Linné. 46° 36' 00.79" N - 072° 15' 30.54" O, Mauricie, MRC Les Chenaux, Saint-Prosper-de-Champlain, 1er rang Saint-Édouard, 07:18 le mercredi 22 juillet 2009, Oenothera_parviflora_003_950.

Nichole Ouellette

présente

Onagracées

Index
Famille
Clef des genres
Figures 115, 116
Figures 117, 118
01 Circaea
02 Ludwigia
03 Epilobium
04 Oenothera

Québec en photos

Section du golfe Saint-Laurent

Navigation

Accueil
En peu de mots
Divisions de l'ouvrage
FAMILLES - dicotyles
Plantes comestibles
Plantes introduites
Plantes médicinales
Plantes rares
Faire un don
Dernière photo en ligne
Galerie de photos

Édition interactive

Flore laurentienne
Frère Marie-Victorin (1885-1944)

Famille 55. ONAGRACEAE. [ ONAGRACÉES ].

4. OENOTHERA Linné. — ONAGRE.

Plantes herbacées caulescentes, annuelles, bisannuelles ou vivaces. Feuilles alternes, ondulées ou dentées. Fleurs jaunes, s'ouvrant la nuit, en épis terminaux feuillés. Tube calicinal allongé, cylindrique, graduellement élargi à la base ; segments étroits, à pointe libre dans le bouton. Pétales 4, étalés. Étamines 8, à anthères linéaires. Ovaire 4-loculaire. Capsule loculicide. Graines prismatiques.

Tel que limité ici, le genre contient au moins une centaine d'espèces dont environ 75 pour le sous-genre Oenothera qui renferme toutes nos espèces sauf l'Oe. perennis. Ce genre, exclusivement américain, d'interprétation très difficile, est aussi d'un très grand intérêt biologique ; aucun autre n'a donné lieu à autant de recherches, et n'a soulevé autant de problèmes taxonomiques et cytologiques. Les Oenothera ont fourni à DE VRIES et son école, les premiers matériaux pour l'étude de la mutation. Le comportement des chromosomes présente des particularités : polyploïdie, caténation, etc., qui engendrent continuellement de nouvelles formes, dont un certain nombre sont suffisamment stables pour être considérées comme de bonnes espèces.

Les biologistes du dernier quart de siècle avaient accoutumé de grouper les onagres du Canada oriental (en mettant à part l'Oe. perennis qui est nettement caractérisé) autour de deux entités spécifiques vaguement délimitées : Oe. biennis Linné, et Oe. muricata Linné. Dans le Québec, l'Oe. muricata était surtout l'espèce de la région maritime du bas Saint-Laurent, et l'Oe. biennis l'espèce continentale. On sait maintenant que la réalité est beaucoup plus complexe et que nous avons affaire à un nombre assez considérable de types, quelques-uns très locaux, qui ont pris naissance par mutation et hybridisme. L'étude de notre flore d'Oenothera est seulement ébauchée et le traité ci-dessous n'est que provisoire. Plusieurs autres entités sont reconnues et prendront place dans les flores quand les cultures (qui sont en cours) permettront de connaître leur fixité et leurs particularités chromosomiennes.

— Les onagres du sous-genre Oenothera sont semi-nocturnes. Les fleurs s'ouvrent vers le soir, et presque instantanément. Les sables littoraux du bas Saint-Laurent et du golfe présentent souvent au coucher du soleil un admirable spectacle, au moment où les onagres, ces hiboux des fleurs, déploient leurs grands pétales d'or, et constellent la dune d'innombrables croix de Malte immobiles au bout des tiges purpurines.

Bien qu'essentiellement américaines, les onagres semblent trouver dans l'ancien monde des conditions singulièrement favorables. Dès 1614, l'Oe. biennis (vrai) et l'Oe. muricata étaient transportés en Europe et cultivés d'abord dans les jardins botaniques. Ils sont aujourd'hui dans toute l'Europe. D'autres espèces s'y sont également naturalisées : Oe. longiflora, Oe. rosea, Oe. stricto, etc.

— On pourra aussi trouver dans le Québec les espèces suivantes : Oe. biformiflora Gates, Oe. laevigata Bartlett, Oe. leucophylla Gates, Oe. oakesiana S. Watson, Oe. parva Gates, Oe. perangusta Gates, Oe. pilosella Rafinesque-Schmaltz.

— Le nom générique signifie : âne sauvage. Il se rencontre chez THÉOPHRASTE, DIOSCORIDE et GALIEN pour désigner une autre plante, probablement un épilobe. Les analogies suggérées entre la forme des feuilles et les oreilles d'âne d'une part, et entre la toison bourrue de l'âne sauvage et la villosité grisâtre de certaines espèces d'autre part, sont assez peu frappantes. Mais on sait que THÉOPHRASTE a modelé son Histoire des Plantes sur l'Histoire des Animaux de son maître ARISTOTE, et qu'il cherche toujours à comparer les parties des plantes à celles des animaux.

Frère Marie-Victorin (1885-1944)
Flore laurentienne, p. 372, 373.


Oenothera ammophiloides Gates & Catcheside. 46° 30' 37.9" N - 072° 14' 29.3" O, Mauricie, MRC Les Chenaux, Batiscan, terrain en vague, près de la plage du fleuve Saint-Laurent, 05:56 le dimanche 28 juin 2009, Oenothera_ammophiloides_004_800.

Oenothera :
Clef des espèces ] perennis ] victorinii ] parviflora ] grandiflora ] angustissima ] ammophiloides ] muricata ]


le vendredi 23 janvier 2009
le jeudi 23 juin 2011 - le samedi 27 mai 2017
constante mouvance de mes paysages intérieurs


Achat en ligne

Flore laurentienne textes et illustrations
© Les
Frères des Écoles Chrétiennes, 1935    © Les presses de l'Université de Montréal, 1964, 1995
© gaëtan morin éditeur 2002     Tous droits réservés
chenelière éducation

Photos, notes, recherches ajouts © Nichole Ouellette 2001 - 2017
Tous droits réservés
- Dernière mise à jour 2017-11-05

Flore laurentienne, organisation sans but lucratif (OSBL)