Recensement des richesses végétales vasculaires naturelles de la vallée du fleuve Saint-Laurent  

Accueil     Divisions de l'ouvrage     info@florelaurentienne.com

Galerie  Travaux - notes     Dernière page éditée, dernière mise à jour

florelaurentienne.com

Préface     Abrégé historique     Esquisse générale     Synopsis des groupes     Clef artificielle     Glossaire     Auteurs     Cartes et tableaux

Nichole Ouellette

présente

Rosacées

Famille
Clef des genres
01 Crataegus
02 Amelanchier
03 Aronia
04 Malus
05 Sorbus
06 Prunus
07 Physocarpus
08 Spiraea
09 Sorbaria
10 Rosa
11 Rubus
12 Potentilla
13 Sanguisorba
14 Dalibarda
15 Fragaria
16 Agrimonia
17 Geum
18 Waldsteinia
Figures 86 - 87 - 88
Figures 89 - 90 - 91
Figures 92 - 93 - 94
Figures 95 - 96  - 97
Figures 98 - 99
Figures 100 - 101 - 102
Figures 103 - 104

Plantes comestibles

Navigation

Accueil
En peu de mots
Divisions de l'ouvrage
FAMILLES - dicotyles
Plantes comestibles
Plantes introduites
Plantes médicinales
Plantes rares
Faire un don
Dernière photo en ligne
Galerie de photos

Édition interactive

Flore laurentienne
Frère Marie-Victorin (1885-1944)

Famille 50. ROSACÉES.

6. PRUNUS Linné. — PRUNIER et CERISIER.

1. Prunus depressa Pursh. — Cerisier déprimé. — Cerisier de sable ; en France : Minel du Canada, Ragouminier. — (Dwarf cherry).

Petit arbuste déprimé, rampant sur le sable ; feuilles (longueur 3-7 cm) lancéolées ou spatulées, dentées surtout vers le sommet ; fleurs paraissant avec les feuilles, groupées en petites ombelles latérales ; cerise (diamètre 8-12 mm) rouge ou presque noire, acide. Floraison printanière. Sur les sables et les graviers des rivages. Général dans le Québec, mais plutôt local.

Prunus depressa, feuille.
Flore laurentienne, figure 93, dessin frère Alexandre.

Cette espèce représente dans le Québec le groupe des Prunus nains et psammophiles, adaptés aux conditions écologiques particulières des rivages d'eau douce. Le tronc, quelquefois gros comme le bras, émet des branches qui restent appliquées contre terre. Cette forme de croissance a son parallèle chez le Juniperus communis var. depressa, et chez le Juniperus horizontalis. Le milieu n'est pas la cause du port déprimé qui est plutôt le résultat d'une modification germinale ; mais le milieu convient à ces plantes qui, ailleurs, ne pourraient lutter contre les espèces à tige dressée. Les choses se passent, — mais ce ne sont là que des apparences, — comme si certains facteurs écologiques « pesaient » sur ces plantes, comme si les conditions de l'atmosphère formaient obstacle et les obligeaient à ramper. Des trois « cerisiers de sable » de l'Amérique orientale (P. depressa, P. pumila, P. susquehanae), le P. depressa est le plus boréal et aussi le plus couché.

— Cette espèce était déjà cultivée en France en 1755, sous le nom de ragouminier.

Frère Marie-Victorin (1885-1944)
Flore laurentienne, p. 320

Prunus :
Clef des espèces ] [ depressa ] nigra ] domestica ] pensylvanica ] serotina ] virginiana ]


le vendredi 11 mai 2001 - le samedi 12 janvier 2008
le vendredi 14 mai 2010 - le jeudi 20 avril 2017
constante mouvance de mes paysages intérieurs


Achat en ligne

Flore laurentienne textes et illustrations
© Les
Frères des Écoles Chrétiennes, 1935    © Les presses de l'Université de Montréal, 1964, 1995
© gaëtan morin éditeur 2002     Tous droits réservés
chenelière éducation

Photos, notes, recherches ajouts © Nichole Ouellette 2001 - 2017
Tous droits réservés
- Dernière mise à jour 2017-09-14

Flore laurentienne, organisation sans but lucratif (OSBL)