Recensement des richesses végétales vasculaires naturelles de la vallée du fleuve Saint-Laurent  

Accueil     Divisions de l'ouvrage     info@florelaurentienne.com

Galerie  Travaux - notes     Dernière page éditée, dernière mise à jour

florelaurentienne.com

Préface     Abrégé historique     Esquisse générale     Synopsis des groupes     Clef artificielle     Glossaire     Auteurs     Cartes et tableaux


50° 13' 17.6" N - 061° 50' 16.7" O, Rubus chamaemorus Linné, taïga, Côte-Nord, MRC Minganie, 15:09 le mardi 10 août 2004, Rubus_chamaemorus_004a_950.

Nichole Ouellette

présente

Rosacées

Famille
Clef des genres
01 Crataegus
02 Amelanchier
03 Aronia
04 Malus
05 Sorbus
06 Prunus
07 Physocarpus
08 Spiraea
09 Sorbaria
10 Rosa
11 Rubus
12 Potentilla
13 Sanguisorba
14 Dalibarda
15 Fragaria
16 Agrimonia
17 Geum
18 Waldsteinia
Figures 86 - 87 - 88
Figures 89 - 90 - 91
Figures 92 - 93 - 94
Figures 95 - 96  - 97
Figures 98 - 99
Figures 100 - 101 - 102
Figures 103 - 104

Navigation

Accueil
En peu de mots
Divisions de l'ouvrage
FAMILLES - dicotyles
Plantes comestibles
Plantes introduites
Plantes médicinales
Plantes rares
Faire un don
Dernière photo en ligne
Galerie de photos

Édition interactive

Flore laurentienne
Frère Marie-Victorin (1885-1944)

Famille 50. ― ROSACEAEROSACÉES ].

11. RUBUS Linné. – RONCE.

3. Rubus chamaemorus Linné. — Ronce petit-mûrier. — Mûres blanches, Blackbières, Plaquebières, Chicoutés. — (Cloudberry).

— Plante vivace à rhizome rampant ; rameau aérien (longueur 10-30 cm) portant 1-3 feuilles réniformes à 3-7 lobes arrondis ; fleurs blanches, solitaires au bout des tiges ; fruit sphérique, d'abord rouge, puis ambré et translucide. Floraison estivale. Situations subarctiques et tourbières. Abondant au nord et autour du golfe Saint-Laurent mais manque dans la plaine du Saint-Laurent et dans tout l'ouest du Québec.

R. chamaemorus, plante entière
Flore laurentienne, figure 96, dessin frère Alexandre.

Cette espèce circumboréale descend en Amérique jusqu'à la Colombie-Britannique à l'ouest, et à l'est jusqu'aux montagnes du New-Hampshire (avec une colonie erratique à Long Island). Dans le Québec, elle abonde dans l'Ungava et autour du golfe Saint-Laurent (Côte-Nord, Anticosti, Minganie, Gaspésie). Elle atteint ses stations extrêmes dans les tourbières de Rimouski, de Témiscouata, de l'île aux Coudres. La bio-écologie de cette plante l'isole de tous les Rubus et de toutes les rosacées. Elle présente des particularités remarquables aux divers points de vue de la distribution, de la propagation, de l'adaptation au milieu, des associations avec les autres plantes du nord. Sa distribution, bien que très boréale, n'est pas arctique ; elle occupe plutôt la partie nord des continents qui bordent l'océan Arctique. Elle croît typiquement dans les tourbières à sphaignes, mais on la trouve aussi dans les habitats secs, sur les tapis de lichens, et sur les roches acides. La propagation se fait surtout, et d'une façon très efficace, par voie végétative, au moyen de longs et profonds stolons qui se ramifient et produisent des pousses nouvelles qui restent reliées avec la plante-mère. Les fruits, à tégument très dur, demandent une longue surmaturation pour germer. Aussi les plantules sont elles très rares. D'ailleurs, le sol de la tourbière est déjà si fortement occupé qu'il y a peu de chance d'espace pour de nouvelles germinations. Enfin, les animaux, qui sont friands des fruits, les détruisent généralement.

— La pousse, en apparence si simple, du R. chamaemorus demande une longue période de préparation : elle ne déploie ses feuilles que la troisième année. Ce lent développement est caractéristique des plantes arctiques

— La ronce petit-mûrier est le seul « fruitage » à la disposition de nos populations de la Côte-Nord et, d'Anticosti. Complètement mûr, le fruit est d'une belle couleur ambrée. Comme il n'est pas sucré, il doit se manger frais, ou confit dans beaucoup de sucre. Dans l'est du Québec, où il abonde, on désigne ce fruit sous les noms de blackbière (ou plaquebière) et de chicouté. Chicouté est un mot montagnais qui signifie « feu », allusion à la couleur rouge du fruit avant maturation complète. Blackbière semble à première vue un anglicisme et une corruption de blackberry, mais comme le fruit n'est pas noir, cela n'aurait aucun sens. La clef de l'énigme est plutôt dans ce passage de DUHAMEL DU MONCEAU (1755) : « M. GAULTIER, médecin du Roi à Québec, m'écrit que ce qu'on appelle en Canada : Plat-de-bierre est un véritable framboisier nain qui croît sur les rochers du nord, à Merigan (sans doute Mingan), côte de Labrador ». Il semble donc s'agir d'un vieux mot français et plat-de-bierre est probablement une variante de plat-de-bièvre, c'est-à-dire : nourriture du castor.

Frère Marie-Victorin (1885-1944)
Flore laurentienne, p. 330, 331.


49° 01' 27.2" N - 065° 52' 56.3" O, Rubus chamaemorus Linné, Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, La Haute-Gaspésie, Parc national de la Gaspésie, Mont-Albert, mont Jacques-Cartier, le dimanche 15 août 2004, position prise au camping, photo Rubus_chamaemorus_005a_800.

Rubus :
Clef des espèces ] acaulis ] odoratus ] [ chamaemorus ] pubescens ] occidentalis ] idaeus ] biformispinus ] flagellaris ] oriens ] hispidus ] trifrons ] jacens ] tardatus ] setosus ] vermontanus ] canadensis ] randii ] allegheniensis ] glandicaulis ] pergratus ] heterophyllus ]


le mardi 17 juin 2008 - le mardi 25 avril 2017
constante mouvance de mes paysages intérieurs


Achat en ligne

Flore laurentienne textes et illustrations
© Les
Frères des Écoles Chrétiennes, 1935    © Les presses de l'Université de Montréal, 1964, 1995
© gaëtan morin éditeur 2002     Tous droits réservés
chenelière éducation

Photos, notes, recherches ajouts © Nichole Ouellette 2001 - 2017
Tous droits réservés
- Dernière mise à jour 2017-09-14

Flore laurentienne, organisation sans but lucratif (OSBL)