Erythronium americanum Ker-Gawler. 46° 36' 53.3" N - 072° 20' 24.7" O, Mauricie, MRC Les Chenaux, Saint-Prosper-de-Champlain, chemin des Érables, 0802 le mercredi 28 avril 2021, Erythronium_americanum_024_950_633.

Nichole Ouellette

présente

Liliacées

Famille
Clef des genres
Figures 231, 232
Figures 233, 234, 235
Figures 236, 237, 238
01. Smilax
02. Polygonatum
03. Trillium
04. Medeola
05. Clintonia
06. Asparagus
07. Maianthemum
08. Smilacina
09. Streptopus
10. Uvularia
11. Hemerocallis
12. Erythronium
13. Lilium
14. Allium
15. Tofieldia
16. Veratrum
17. Zigadenus

dessins d'enfants

Navigation

Accueil
À propos
Divisions de l'ouvrage
DICOTYLES
MONOCOTYLES
Plantes comestibles
Plantes introduites
Plantes médicinales
Plantes rares
Faire un don
À La UNE
PHOTOGRAPHIES

Frère Marie-Victorin (1885-1944)

Famille 109. — LILIACEAE [ LILIACÉES].

11. ERYTHRONIUM Linné. — ÉRYTHRONE.

1. Erythronium americanum Ker-Gawler. — Érythrone d'Amérique. — Ail doux, Ail douce. — (Dog's-tooth violet).

— Bulbe ovoïde (longueur 1-2 cm) ; tige (longueur 15-20 cm) scapiforme ; feuilles oblongues-lancéolées, d'un vert pâle, généralement ocellées de brun ; scape égalant à peu près les feuilles, rarement bractéolé ; fleur campanulée, solitaire, d'un jaune d'or, rarement purpurine ; divisions du périanthe recourbées, tachetées à l'intérieur ; étamines bisériées, 3 longues et 3 courtes ; anthères jaunes ou pourpres ; style claviforme portant trois stigmates confluents ; capsule (longueur 12-20 mm) obovoïde, stipitée. Floraison très printanière. Extrêmement commun dans le Québec, particulièrement dans les érablières où il forme au printemps un tapis continu. La limite au Nord, dans le Québec, est imprécise. Commun dans la vallée de la rivière Saint-Jean, absent des Chic-Chocs [Shikshoks dans le texte] et de la Gaspésie généralement, il abonde depuis le comté de Témiscouata à travers le sud et l'ouest de la province. Il est probable que la forêt laurentienne d'Abiétacées, habitat qui ne convient pas à ses exigences écologiques, limite naturellement son expansion au nord et à l'est.

E. americanum
plante entière

Flore laurentienne, figure 236
dessin frère Alexandre Blouin.

Les grandes populations d'Érythrones qui couvrent le parterre de nos bois décidus présentent deux formes distinctes quant à la couleur des anthères : la forme typique à anthères jaunes et la forme à anthères pourprées [f. Bachii (Farwell) Dole], les deux formes constituant des clones distincts. Biologiquement, la forme à anthères pourprées, infiniment plus répandue, est la forme normale, ainsi que l'indique la perfection du pollen. Le pollen des anthères jaunes, au contraire, est distinctement déformé. Il s'agit donc probablement d'une mutation régressive qui se produit partout. On n'observe pas d'intermédiaire et chaque clone est pur. La coloration pourprée existe dès le bouton et persiste jusqu'au flétrissement.

— L'universalité de l'Érythrone d'Amérique dans nos bois d'arbres décidus, notamment dans les érablières, est une des particularités les plus nettes du printemps laurentien. À peine la neige est-elle fondue que les bulbes profondément enfouis sous terre libèrent les pousses nouvelles. Celles-ci traversent le sol et montent vers la surface, percent à la façon d'une alêne le tapis de feuilles mortes et les débris qui peuvent se trouver sur leur passage, plutôt que de les soulever ou de se détourner. Pour accomplir cette besogne, l'extrémité de la pousse est protégée par une pointe dure, véritable coiffe analogue à celle de la racine, qui persiste au bout de la feuille épanouie. Quelquefois cependant, la pousse, engagée dans un objet trop dur ou dans un réseau de nervures, reste prisonnière et soulève l'obstacle.

La continuité du tapis d'Érythrone à travers le pays indique combien cette plante est écologiquement parfaite. La feuille extérieure, qui est aussi la plus grande, s'épanouit la première, puis l'intérieure continue quelque temps d'entourer le bourgeon floral. Celui-ci se dégage ensuite, reste quelque temps dressé puis, au moment de l'anthèse, devient positivement géotropique par une brusque courbure du sommet de la hampe. Ces deux positions alternent durant tout le temps de la floraison, la fleur étant presque dressée au grand soleil et inclinée la nuit et durant les jours ternes et froids. À la tombée du périanthe, le pistil se redresse définitivement et garde cette position jusqu'à ce que, en juin, la plante tout entière se fane et s'affaisse sur le sol. À ce moment, la capsule s'ouvre et répand ses graines dans son voisinage immédiat. Ces graines demeurent à l'état latent durant neuf mois, de juin à avril, puis germent et donnent en mai une plantule qui enfonce dans le sol, au moyen d'un stolon vertical, un tout petit bulbe. Le printemps suivant seulement apparaît la première feuille.

Il faut au moins quatre ans pour qu'un bulbe devienne capable de fleurir. Durant ce temps, sous l'influence continue de la pression de développement des cellules apicales des bulbes secondaires, du raccourcissement des racines et d'autres causes encore, il s'enfonce graduellement dans le sol. Quand il fleurit, il est terré à quinze centimètres de profondeur. En cours de route, il a produit chaque année, à partir de sa base, trois stolons dépourvus de géotropisme, qui se sont épaissis à leur extrémité et ont formé chacun un petit bulbe accessoire vite devenu indépendant. Cette production de stolons bulbifères cesse généralement avec la floraison, mais il convient de remarquer qu'avant d'avoir produit une seule graine, chaque Érythrone est déjà progéniteur d'une nombreuse postérité. En supposant que la plante fleurisse la cinquième année et qu'elle ait commencé à produire les stolons au début de la deuxième année, un calcul simple montre qu'elle a déjà produit 256 individus. Cette énorme multiplication végétative, qui explique l'abondance de la plante dans son habitat, est corrélative à la stérilité ordinaire des fleurs ; les fruits mûrs, en effet, sont rares.

L'Érythrone peut être considéré comme le type parfait de cette catégorie de plantes des bois qui, ayant besoin de la pleine lumière, doivent nécessairement accomplir leur cycle épigé complet : phase végétative aérienne, floraison, maturation, retour à la terre, dans les deux ou trois semaines qui s'écoulent entre la fonte des neiges et l'apparition des feuilles sur les arbres à feuillage décidu. À cet effet, les bulbes commencent de bonne heure en été à élaborer les rudiments floraux. Vers le commencement de décembre, le bourgeon floral, toujours renfermé dans le bulbe, est très avancé et les carpelles ont développé des ovules. Ce bourgeon floral croît rapidement et commence sa remontée longtemps avant que le sol ne soit dégelé. Aux environs de Montréal, l'éclosion des fleurs commence normalement vers le premier mai ; vers la fin de juin, feuilles et fruits ont disparu.

— Les bestiaux se montrent très friands des feuilles de l'Érythrone et nos bois, de ce fait, offrent en mai un excellent pâturage.

— Le nom vulgaire : Ail doux, est très ancien. Il était déjà en usage au temps de TOURNEFORT (1700).

Frère Marie-Victorin (1885-1944)
Flore laurentienne, pp. 655, 656

Erythronium americanum Ker-Gawler. 45º 21' 12.73" N - 073º 09' 13.06 O, Montérégie, MRC Le Haut-Richelieu, Mont Saint-Grégoire, chemin du Sous-Bois, 1440 le jeudi 30 avril 2009, Erythronium_americanum_008_800_533.

ERYTRONIUM :

LILIACEAE : Famille ] Clef des genres ] Figures 231, 232 ] Figures 233, 234, 235 ] Figures 236, 237, 238 ] 01. Smilax ] 02. Polygonatum ] 03. Trillium ] 04. Medeola ] 05. Clintonia ] 06. Asparagus ] 07. Maianthemum ] 08. Smilacina ] 09. Streptopus ] 10. Uvularia ] 11. Hemerocallis ] 12. Erythronium ] 13. Lilium ] 14. Allium ] 15. Tofieldia ] 16. Veratrum ] 17. Zigadenus ]


le samedi 27 novembre 2021
constante mouvance de mes paysages intérieurs


Erythronium americanum Ker-Gawler. 46° 36' 53.3" N - 072° 20' 24.7" O, Mauricie, MRC Les Chenaux, Saint-Prosper-de-Champlain, chemin des Érables, 0802 le mercredi 28 avril 2021, Erythronium_americanum_025_950_633.

Flore laurentienne textes et illustrations
© Les Frères des Écoles Chrétiennes, 1935    © Les presses de l'Université de Montréal, 1964, 1995
© gaëtan morin éditeur 2002     Tous droits réservés Chenelière éducation
Achat en ligne : https://www.cheneliere.ca/4069-livre-flore-laurentienne-3e-edition.html

Photos, notes, recherches ajouts © Nichole Ouellette 2001 - 2022
Tous droits réservés
- Dernière mise à jour 2022-11-23
Flore laurentienne, organisation sans but lucratif (OSBL

Tricoté serré du Québec    des Québécois