Recensement des richesses végétales vasculaires naturelles de la vallée du fleuve Saint-Laurent  

Accueil     Divisions de l'ouvrage     info@florelaurentienne.com

Galerie  Travaux - notes     Dernière page éditée, dernière mise à jour

florelaurentienne.com

Préface     Abrégé historique     Esquisse générale     Groupes systématiques     Clef artificielle     Glossaire     Auteurs     Cartes et tableaux

Nichole Ouellette
présente

Travaux, notes et recherches

Antée
Audience
Ballast et remblais
Bibliographie
Conseil d'administration
Calendrier 2001 - 2002
Écorce de bouleau, canot
Écorce de bouleau, canot
Écorce de bouleau, usage
Frère Alexandre Blouin
Gauvreau, Marcelle
Gauvreau, chronologie
Gauvreau, études
Gauvreau, carrière
Gauvreau, lectorat
Herbe à la puce
Herbe à la puce
Herbier Louis-Marie
Herborisation, plante rare
Herborisation, Laurentides
Herborisation, tourbière
Identification de plantes
Intelligence de l'homme
Inventaire d'un habitat
Montage en herbier
Kalm Pehr en Améique
Kalm, en Nouvelle-France
Kalm Pehr, scientifique
Marie-Victorin, biographie
Marie-Victorin, la botanique
Marie-Victorin, l'arbre
Marie-Victorin, le Québécois
Marie-Victorin, les enfants
Marie-Victorin, l'humour
Mère sauvage, fille cultivée
Partenaires
Provancher, Léon
Sécher des plantes
Termes et conditions

Flore laurentienne

Auteur, illustrateur
Préface
Abrégé historique
Esquisse générale
GROUPES systématiques
Clef artificielle
Glossaire
Auteurs
Cartes et tableaux
Travaux, notes, recherches

Regards des petites personnes

Cerf-volant

Navigation

Accueil
En peu de mots
Divisions de l'ouvrage
FAMILLES - dicotyles
Plantes comestibles
Plantes introduites
Plantes médicinales
Plantes rares
Faire un don
Dernière photo en ligne
Galerie de photos

Informations cueillies sur le terrain, photos, dates, données GPS, édition Internet

Flore laurentienne
Travaux, notes et recherches

Marcelle Gauvreau (1907-1968) études et recherches

Primaire et Lettres et Sciences

Marcelle Gauvreau commence l'école à Montréal, à l'académie Saint-Urbain, en 1913, chez les sœurs de la congrégation Notre-Dame. Elle fréquente l'Académie du boulevard, chez les sœurs Sainte-Anne, de 1914 à 1920. En quatrième année, sa santé se détériore, elle quitte l'école et passe les examens à la maison. Marcelle retourne à l'Académie en septembre.

En 1920, à 13 ans, Marcelle commence son cours de lettres et sciences au Mont Sainte-Marie, chez les dames de la congrégation. Elle obtient son diplôme à 17 ans.


Photo : Québec un siècle d'électricité, André Bloduc, Clarence Hogue, Daniel Larouche, Libre expression, 1979, p. 79.
Rue de Montréal
dans les années 1920.

En 1924, l'année l'obtention de son diplôme, Marcelle tombe de nouveau gravement malade. La tuberculose l'amène aux portes de la mort. Elle reste des mois alitée. Cette longue convalescence entraîne Marcelle dans des profondes méditations sur le sens de la vie. Ces réflexions l'aideront toute sa vie, pendant les moments de découragement et de souffrance.

À la suite d'une longue convalescence, en 1928, Marcelle G. s'inscrit à la Faculté de lettres et de philosophie de l'Université de Montréal.

Concours

Au printemps 1930, Louis Dupire, rédacteur du journal Le Devoir et son ami Oscar Dufresne proposent au frère Marie-Victorin de lancer un concours provincial de botanique. Le concours consiste à demander aux jeunes du secondaire de récolter une centaine de plantes et de les assembler en herbier. Les étudiants doivent identifier les plantes avec précision à l'aide de textes, de dessins, d'aquarelles, de photographies.


-Maianthemum canadense - Maïanthème du Canada. - (Wild Lily-of-the-valley). Spécimen séché.
Comme d'autres citoyens, Joseph Gauvreau contribue financièrement à la mise en marche du concours.

Il encourage sa fille Marcelle à s'inscrire.

Avec enthousiasme, Marcelle cueille et identifie une centaine de spécimens.

Elle monte un herbier tout l'été, jusqu'en octobre.

À l'automne 1930, une exposition se tient à la salle Saint-Sulpice (aujourd'hui Bibliothèque nationale du Québec), rue Saint-Denis, à Montréal. La qualité des centaines d'herbiers provenant de différentes institutions d'enseignement impressionne les juges.

Six étudiant(e)s se partagent les premiers prix. L'excellence des travaux de Diane Dubois et de Marcelle Gauvreau retiennent l'attention des juges. Elles sont cependant déclarées hors concours puisqu'elles ont terminé leur secondaire.

À l'Institut botanique

Le travail et l'intérêt de Marcelle Gauvreau pour la botanique impressionnent particulièrement le frère Marie-Victorin. Il l'encourage à laisser la Faculté de lettres et de philosophie de l'Université de Montréal et à s'inscrire à l'Institut botanique.

Marcelle doit choisir entre la philosophie et les sciences. Elle s'interroge sur ses forces physiques. Peut-elle supporter les longues séances de laboratoire et les nombreuses excursions sur le terrain qu'exige le programme ?

Finalement, le 5 décembre 1930, elle s'inscrit à l'Institut botanique de Montréal.

Don aux sciences
À l'Université de Montréal, le père Ceslas Forest dit du frère Marie-Victorin :

« ... qu'il finira par attirer tous nos étudiants dans sa cave »
et au sujet de Marcelle :

« Mademoiselle Gauvreau est un don de la Faculté de philosophie à la Faculté des sciences. »

Pour la vie

Au début des années 1930, l'Institut botanique révise ses programmes et met au point le nombre, l'objet et la portée de ses cours.

Avec quelques étudiantes, Cécile Lanouette, Marcelle Lepage, Cossette Marcoux et Claudette Piché, Marcelle Gauvreau bénéficie de l'amélioration des programmes de l'Institut.

Avec la mention « très grande distinction », en mai 1932, à l'âge de 25 ans, Marcelle reçoit deux certificats : en botanique générale, en botanique systématique.

En 1932, Marcelle Gauvreau écrit au frère Marie-Victorin :

« ... je n'ai pas fini mon cours ! Au contraire, je le commence, et c'est pourquoi je désire si fort entreprendre, seulement à l'automne, un troisième certificat d'un an (sciences naturelles combinées, par ex.) pourvu qu'il compte pour la licence - afin de pouvoir ensuite me donner tout entière, et pour la vie, à l'étude de votre passionnante botanique.

... Je suis extrêmement heureuse d'avoir profité et des cours et des excursions et, comme preuve, je retiens tout de suite une place pour les prochains qui auront lieu sous votre autorité ... »

Bibliothécaire

En 1931, tout en poursuivant ses études à temps plein, Marcelle Gauvreau devient la première bibliothécaire de l'Institut botanique de Montréal.


Photo : Le frère Marie-Victorin et son temps, Rumilly, Robert. Les frères des Écoles chrétiennes, 1949, p. 389.
Bibliothèque de l'Institut  botanique de Montréal.

Par professionnalisme, Marcelle s'inscrit à l'École des bibliothécaires de l'Université Mc Gill. Elle obtient le diplôme de bibliothéconomie scientifique, à l'âge de 28 ans.


Photo : Le Canada illustré, François J. Dupré et H. de Noville, Société des Éditions Louis Michaud, Paris, vers 1913, p. 37.
Montréal
vers 1912.

Université Mc Gill
fondée en 1813.

Études et recherches

À cause de sa formation antérieure, l'Université de Montréal dispense Marcelle Gauvreau du baccalauréat. En 1932, elle s'inscrit comme étudiante régulière pour la licence ès sciences naturelles. Elle l'obtient l'année suivante. Elle suit également jusqu'en 1935, les cours de zoologie et de pédagogie des sciences naturelles du professeur Henri Pratt.

Jusqu'à la mort du frère Marie-Victorin, en 1944, elle suit ses cours de floristique en plus des cours de paléobotanique, de botanique économique et de biologie générale à l'Institut.

Malgré ses nombreuses activités comme étudiante, bibliothécaire, directrice d'école, et militante dans plusieurs organismes de vulgarisation scientifique, Marcelle travaille sur le terrain et continue ses recherches personnelles. Elle se consacre au classement des algues du Québec. Elle les répartit en ordres, familles, genres et espèces.

En 1936, lors d'une allocution, le frère Marie-Victorin dit de Marcelle :

« ... elle fut l'une des plus brillantes élèves de la Faculté des sciences. »

Travaux, notes et recherches

Antée ] Audience ] Ballast et remblais ] Bibliographie ] Conseil d'administration ] Calendrier 2001 - 2002 ] Écorce de bouleau, canot ] Écorce de bouleau, canot ] Écorce de bouleau, usage ] Frère Alexandre Blouin ] Gauvreau, Marcelle ] Gauvreau, chronologie ] [ Gauvreau, études ] Gauvreau, carrière ] Gauvreau, lectorat ] Herbe à la puce ] Herbe à la puce ] Herbier Louis-Marie ] Herborisation, plante rare ] Herborisation, Laurentides ] Herborisation, tourbière ] Identification de plantes ] Intelligence de l'homme ] Inventaire d'un habitat ] Montage en herbier ] Kalm Pehr en Améique ] Kalm, en Nouvelle-France ] Kalm Pehr, scientifique ] Marie-Victorin, biographie ] Marie-Victorin, la botanique ] Marie-Victorin, l'arbre ] Marie-Victorin, le Québécois ] Marie-Victorin, les enfants ] Marie-Victorin, l'humour ] Mère sauvage, fille cultivée ] Partenaires ] Provancher, Léon ] Sécher des plantes ] Termes et conditions ]

Divisions de l'ouvrage

Auteur, illustrateur ] Préface ] Abrégé historique ] Esquisse générale ] GROUPES systématiques ] Clef artificielle ] Glossaire ] Auteurs ] Cartes et tableaux ] Travaux, notes, recherches ]


le dimanche 22 novembre 1998 - le lundi 7 décembre 1998
le jeudi 29 novembre 2007 - le mercredi 4 septembre 2013
constante mouvance de mes paysages intérieurs


Achat en ligne

Flore laurentienne textes et illustrations
© Les
Frères des Écoles Chrétiennes, 1935    © Les presses de l'Université de Montréal, 1964, 1995
© gaëtan morin éditeur 2002     Tous droits réservés
chenelière éducation

Photos, notes, recherches ajouts © Nichole Ouellette 2001 - 2017
Tous droits réservés
- Dernière mise à jour 2017-02-01

Flore laurentienne, organisation sans but lucratif (OSBL)