Recensement des richesses végétales vasculaires naturelles de la vallée du fleuve Saint-Laurent  

Accueil     Divisions de l'ouvrage     info@florelaurentienne.com

Galerie  Travaux - notes     Dernière page éditée, dernière mise à jour

florelaurentienne.com

Préface     Abrégé historique     Esquisse générale     Synopsis des groupes     Clef artificielle     Glossaire     Auteurs     Cartes et tableaux


46° 36' 50.9 N - 072° 17' 37.3 O, Mauricie, MRC Les Chenaux, Saint-Prosper, les champs, la municipalité, les Laurentides, de la rue de l'Église, le samedi 28 novembre 2009, photo Rue_de_l_Eglise_023_950.

Nichole Ouellette

présente

Préface à la première édition

Index
Nature de l'ouvrage
Territoire
Caractérisation espèces
Classification
Nomenclature
Noms vulgaires
Créations onomastiques
Pionniers de la science
Folklore onomastique
Illustration
Notes encyclopédiques
Remerciements
Remerciements
Remerciements
Envoi

Flore laurentienne

Auteur, illustrateur
Préface
Abrégé historique
Esquisse générale
Synopsis des groupes
Clef artificielle
Glossaire
Auteurs
Cartes et tableaux
Observations, notes, recherches

Navigation

Accueil
En peu de mots
Divisions de l'ouvrage
FAMILLES - dicotyles
Plantes comestibles
Plantes introduites
Plantes médicinales
Plantes rares
Faire un don
Dernière photo en ligne
Galerie de photos

Édition interactive

Flore laurentienne
Préface - Caractérisation des espèces

Descriptions et habitats

Sauf pour certains genres polymorphes, où elles sont à peu près nécessaires, les longues descriptions n'ont guère d'utilité pratique. Aussi, dans la Flore laurentienne, les descriptions sont-elles réduites aux traits saillants et différentiels, aux détails caractéristiques qui permettent de distinguer la plante sur le terrain ou en herbier. La taille, par sa répercussion sur la forme extérieure et sur la structure interne, a une grande importance taxonomique. Aussi avons-nous fait largement usage des caractères dimensionnels, employant le système métrique, sauf parfois dans les notes encyclopédiques où certaines unités non métriques ont été maintenues pour des raisons obvies.

À la suite de la description, l'habitat est brièvement indiqué. Dans une flore locale, les caractères d'habitat sont toujours importants, et ils suffisent parfois à eux seuls à faire distinguer certaines espèces, difficiles à séparer. À cause de la grande étendue du territoire et de la diversité des climats, les données phénologiques ne peuvent être que très générales, indiquant seulement si la floraison est printanière, estivale ou automnale.


Carte B. - Division du territoire en trois unités artificielles ; ouest, centre, est, unités rapportées à l'axe physiographique du pays : le Saint-Laurent.
Agrandissement de cette carte.


46° 51' 31.2" N - 71° 00' 51.7" O, L'Île-d'Orléans, Saint-Laurent-de-l'Île-d'Orléans (Municipalité), section estuarienne du fleuve Saint-Laurent à marée basse, Parc maritime, 120, chemin de la Chalouperie, formation rocheuse, por de pêche, passage des coursiers de la Transat Québec Saint-Malo 2000, le dimanche 30 juillet 2000, photo 000730_12a_800.

Distribution et répartition

La distribution géographique particulière des espèces à travers notre immense territoire est encore fort mal connue, aussi ne nous a-t-il été possible de l'indiquer que par des traits généraux. La carte B indique comment nous entendons les désignations, vagues en elles-mêmes : ouest du Québec, centre du Québec, est du Québec. La partie du pays désignée sous le nom de « Cantons de l'Est », comprenant un groupe de comtés entre le Saint-Laurent et la frontière américaine, est proprement située dans le sud du Québec, et ne rentre pas dans la désignation « est du Québec ». Pour les indications plus précises, et qui ont été données toutes les fois que cela a été possible, on pourra se reporter à la carte phytogéographique du Québec.

Il faudra encore de longues années de travail pour que l'on soit en état d'indiquer la répartition exacte des espèces particularistes. Il ne nous a pas paru utile, dans un ouvrage aussi élémentaire, de chercher à délimiter, dans chaque cas, la distribution générale des espèces traitées, distribution qui, le plus souvent, déborde fort loin nos cadres. Nous l'avons fait seulement dans certains cas spéciaux, lorsque, par exemple, une distribution particulière mettait en évidence une notion écologique importante, un fait général de phytogéographie.

Précédente ] Index ] Suivante ]

Frère Marie-Victorin (1885-1944)
Flore laurentienne 1935, p. 3, 4.


le vendredi 21 décembre 2001
 - le samedi 5 décembre 2009 - le mardi 22 novembre 2011
constante mouvance de mes paysages intérieurs


Achat en ligne

Flore laurentienne textes et illustrations
© Les
Frères des Écoles Chrétiennes, 1935    © Les presses de l'Université de Montréal, 1964, 1995
© gaëtan morin éditeur 2002     Tous droits réservés
chenelière éducation

Photos, notes, recherches ajouts © Nichole Ouellette 2001 - 2017
Tous droits réservés
- Dernière mise à jour 2017-08-13

Flore laurentienne, organisation sans but lucratif (OSBL)