Recensement des richesses végétales vasculaires naturelles de la vallée du fleuve Saint-Laurent  

Accueil     Divisions de l'ouvrage     info@florelaurentienne.com

Galerie  Travaux - notes     Dernière page éditée, dernière mise à jour

florelaurentienne.com

Préface     Abrégé historique     Esquisse générale     Groupes systématiques     Clef artificielle     Glossaire     Auteurs     Cartes et tableaux


46° 40' 40.8" N - 072° 17' 04.1" O, Laurentides, forêt boréale, Mauricie, MRC Les Chenaux, Saint-Prosper, rang Price, le samedi 6 juin 2009, photo Rang_Price_017_950.

Nichole Ouellette

présente

Préface à la première édition

Nature de l'ouvrage
Territoire
Caractérisation espèces
Classification
Nomenclature
Noms vulgaires
Créations onomastiques
Pionniers de la science
Folklore onomastique
Illustration
Notes encyclopédiques
Remerciements
Remerciements
Remerciements
Envoi

Art de vivre au Québec

Dans les Laurentides

Papier peint

Pionniers de ce pays

Navigation

Accueil
En peu de mots
Divisions de l'ouvrage
FAMILLES - dicotyles
Plantes comestibles
Plantes introduites
Plantes médicinales
Plantes rares
Faire un don
Dernière photo en ligne
Galerie de photos

Édition interactive

Flore laurentienne
Préface - Classification, nomenclature et onomastique

Créations onomastiques
Les pionniers de ce pays ] [ Avec leur petit baluchon d'idées ] [ Cette forêt pleine d'inconnu et de mystère ]

Ces créations onomastiques sont surtout remarquables dans le domaine des arbres forestiers où elles sont la nomenclature d'une systématique populaire élaborée dans les premiers temps de notre histoire coloniale.

Les pionniers de ce pays

Les pionniers de ce pays, bien que souvent des hommes instruits, n'étaient ni des lettrés ni des savants, sauf exception. C'étaient d'aventureux capitaines, des missionnaires, des soldats. C'étaient surtout des colons recrutés dans le bon peuple de la Normandie, du Perche et du Poitou. Au débarquer de leurs vaisseaux, ils trouvaient, leur barrant la route, une nature nouvelle.

Avec leur petit baluchon d'idées

Pour la plupart soustraits à toute influence livresque, à toute doctrine d'école, ils apportaient de France, avec leur petit baluchon d'idées, un système botanique rudimentaire, une série de termes simples exprimant une classification pratique des plantes utiles ou nuisibles à des travailleurs du sol, à des éleveurs, à des bûcherons.

Les voici maintenant aux prises avec cette nature grandiose, sauvage, au visage étranger et mystérieux.


PINACÉESPINACEAE ]. 46º 36' 04.5" N - 072º 08' 57.64" O, Mauricie, MRC Les Chenaux, Sainte-Anne-de-la-Pérade, rang d'Orvilliers, corderie de résineux, certains arbres ont entre 200 et 250 ans, le lundi 1er mars 2010, photo Pinacees_017_800.


PINACÉESPINACEAE ]. 46º 36' 04.5" N - 072º 08' 57.64" O, Mauricie, MRC Les Chenaux, Sainte-Anne-de-la-Pérade, rang d'Orvilliers, goutelettes de résine, le lundi 1er mars 2010, photo Pinacees_020_800.

Pionniers de ce monde nouveau, aucun produit du sol ne leur est plus important que l'arbre, que les arbres.

Aussi, parce qu'il leur faut du bois de charpente, du bois d'ébénisterie, parce qu'il leur faut le tan et la résine, parce qu'il leur faut surtout le combustible, nos pères, malgré le risque du scalp, vont-ils résolument adosser leurs maisons à la forêt.

Cette forêt pleine d'inconnu et de mystère

Mais cette forêt elle-même, si pleine de ressources, est en même temps pour eux pleine d'inconnu et de mystère. La botanique populaire et tout utilitaire apportée de France est en défaut ; elle ne les renseigne pas sur les qualités essentielles de résistance et de durée de ces arbres étranges qui, de toutes parts, s'offrent à leurs yeux. Tout est à expérimenter, tout est à apprendre.


Mauricie, MRC Les Chenaux, Saint-Prosper, route de la Station, ruisseau enjambé par le chemin de bois qui mène à l'érablière Pierre Cossette, le samedi 10 octobre 2009, photo Circuit_2009_101_800

Cependant ils ont une base, des cadres, puisqu'ils peuvent distinguer génériquement le sapin, le pin, le chêne, le tilleul, le charme, le hêtre, l'orme et quelques autres arbres. Devant le tilleul, le hêtre, le charme, dont ils ne voient qu'une seule espèce, proche parente de celle qu'ils connaissaient en France, ils infèrent une analogie de propriétés et de qualités utiles. Mais la situation est tout autre pour les conifères qui, à cause de leur abondance et de leur utilité, importent beaucoup plus au point de vue du colon.

Les pins du nouveau monde sont fort diversifiés et différents de ceux de France, à la fois par le feuillage et par le cône. Le tsuga américain est un objet nouveau. L'épicéa et le mélèze, plutôt alpins ou subalpins en France, sont inconnus de ces gens venus pour la plupart des provinces de basse altitude.

Frère Marie-Victorin (1885-1944)
Flore laurentienne 1935, p. 5, 6.

Préface

Nature de l'ouvrage ] Territoire ] Caractérisation espèces ] Classification ] Nomenclature ] Noms vulgaires ] [ Créations onomastiques ] Pionniers de la science ] Folklore onomastique ] Illustration ] Notes encyclopédiques ] Remerciements ] Remerciements ] Remerciements ] Envoi ]

Divisions de l'ouvrage

Auteur, illustrateur ] Préface ] Abrégé historique ] Esquisse générale ] GROUPES systématiques ] Clef artificielle ] Glossaire ] Auteurs ] Cartes et tableaux ] Observations, notes, recherches ]


le vendredi 11 janvier 2002
le mardi 9 juin 2009 - le mardi 22 novembre 2011 - le mardi 24 septembre 2013
constante mouvance de mes paysages intérieurs


Achat en ligne

Flore laurentienne textes et illustrations
© Les
Frères des Écoles Chrétiennes, 1935    © Les presses de l'Université de Montréal, 1964, 1995
© gaëtan morin éditeur 2002     Tous droits réservés
chenelière éducation

Photos, notes, recherches ajouts © Nichole Ouellette 2001 - 2017
Tous droits réservés
- Dernière mise à jour 2017-06-21

Flore laurentienne, organisation sans but lucratif (OSBL)