Recensement des richesses végétales vasculaires naturelles de la vallée du fleuve Saint-Laurent  

Accueil     Divisions de l'ouvrage     info@florelaurentienne.com

Galerie  Travaux - notes     Dernière page éditée, dernière mise à jour

florelaurentienne.com

Préface     Abrégé historique     Esquisse générale     Synopsis des groupes     Clef artificielle     Glossaire     Auteurs     Cartes et tableaux


Equisetum sp. (queue de renard). 46° 36' 00.79" N - 072° 15' 30.54" O, Mauricie, MRC Les Chenaux, Saint-Prosper, 1er rang Saint-Édouard, fossé, le jeudi 9 juillet 2009, photo macro Equisetum_sp_005_950.

Nichole Ouellette

présente

Préface à la première édition

Index
Nature de l'ouvrage
Territoire
Caractérisation espèces
Classification
Nomenclature
Noms vulgaires
Créations onomastiques
Pionniers de la science
Folklore onomastique
Illustration
Notes encyclopédiques
Remerciements
Remerciements
Remerciements
Envoi

Flore laurentienne

Auteur, illustrateur
Préface
Abrégé historique
Esquisse générale
Synopsis des groupes
Clef artificielle
Glossaire
Auteurs
Cartes et tableaux
Observations, notes, recherches

Papier peint

Rhus radicans [ Toxicodendron radicans ]

Herbe à la puce

Québec en Photos

Réserve de la biosphère du Lac-Saint-Pierre

Navigation

Accueil
En peu de mots
Divisions de l'ouvrage
FAMILLES - dicotyles
Plantes comestibles
Plantes introduites
Plantes médicinales
Plantes rares
Faire un don
Dernière photo en ligne
Galerie de photos

Édition interactive

Flore laurentienne
Préface - Classification, nomenclature et onomastique

Noms vulgaires
De France ] [ Des autochtones ] [ Des anglais ] [ Génie poétique du peuple ]

La question des noms vulgaires, dits encore noms populaires ou noms vernaculaires (de vernaculus, esclave né dans la maison) est importante dans un ouvrage comme la Flore laurentienne, ouvrage d'utilité qui veut donner à la connaissance des plantes non cultivées toute sa valeur humaine.

Mais, malheureusement, notre pays est ethniquement trop jeune pour qu'il s'y soit formé, dans le peuple, une onomastique botanique importante. Les canadianismes véritables, c'est-à-dire spécifiques et d'usage courant, sont plutôt en petit nombre. Ils forment un trésor linguistique d'une valeur inestimable, mais qui, vraisemblablement, ne s'accroîtra plus. Les conditions de la vie moderne, une impitoyable standardisation par l'école et la radio, par le cinéma et le journal, ne permettent plus cet insularisme de la vie quotidienne, ces processus lents et cumulatifs qui aboutissent à la création folklorique.


Asclepias syriaca Linné (petits cochons). 46º 35' 52.6" N - 072º 15' 38.8" O, Mauricie, MRC Les Chenaux, Saint-Prosper, 1er rang Saint-Édouard, le mercredi 11 novembre 2009, photo macro Asclepias_syriaca_015_800.

De France

Le contenu onomastique du folklore botanique canadien-français se ramène à quatre éléments assez distincts. C'est d'abord un apport des colons, où des noms vulgaires usités en France sont le plus souvent transportés à d'autres espèces du nouveau milieu, ou encore plus ou moins modifiés et transformés. À cette catégorie appartiennent les noms bien connus de quenouille, queue de renard, tremble, plaine, verne, sang-dragon, bourdaine, rouche, etc.

Des autochtones

Puis vient un élément amérindien très défini et très autochtone, une série de noms empruntés aux Indiens tout au début de l'occupation européenne, pour désigner des entités exclusivement américaines.

Des anglais

On peut citer comme exemples : savoyane ou tisavoyane, pimbina, maskouabina, atocas, etc. Un troisième élément, d'origine plutôt récente, résulte d'une « assimilation » phonétique de mots anglais, comme snicroûte (snakeroot), cébreur (sweetbrier) et d'autres.

Génie poétique du peuple

Enfin, il y a une notable série de créations franchement canadiennes, imposées sans doute à des gens venus des provinces françaises de la plaine atlantique, par le contact quotidien avec des plantes dont le faciès ne rappelait en rien les objets familiers de l'ancienne patrie. Dans la création de ces noms, le génie poétique du peuple, génie descriptif et simpliste, naïf et direct, se donne libre cours : bourreau des arbres, quatre-temps, bleuets, gueules noires, catherinettes, hart rouge, bois de plomb, herbe à la puce, petits cochons, épinette, bois d'orignal, bois barré, bois d'enfer, bois inconnu, thé des bois, etc.

Précédente ] Index ] Suivante ]

Frère Marie-Victorin (1885-1944)
Flore laurentienne 1935, p. 5.


le samedi 5 janvier 2002
 le jeudi 3 décembre 2009 - le mardi 22 novembre 2011
constante mouvance de mes paysages intérieurs

Typha sp, quenouilles. Saint-Prosper-de-Champlain, le mardi 20 janvier 1998. Photo 971228/22a. Cornus stolonifera, hart rouge. Bordure de l'autoroute no 40, entre Yamachiche et Louiseville, le jeudi 2 février 1995. Photo 950122/20. Les humeurs de nos hivers. Vestiges du redoux de janvier et du gonflement des eaux du lac Saint-Pierre. Redoux, papier peint.


Achat en ligne

Flore laurentienne textes et illustrations
© Les
Frères des Écoles Chrétiennes, 1935    © Les presses de l'Université de Montréal, 1964, 1995
© gaëtan morin éditeur 2002     Tous droits réservés
chenelière éducation

Photos, notes, recherches ajouts © Nichole Ouellette 2001 - 2017
Tous droits réservés
- Dernière mise à jour 2017-08-13

Flore laurentienne, organisation sans but lucratif (OSBL)